vendredi 8 avril 2011

Truc à la con du vendredi : le petit quiz du romancier

J'ai traduit moi-même ce quiz trouvé en anglais. Ça devrait éviter le plus gros des énormes anglicismes que l'on trouve parfois dans certains questionnaires qui traînent sur le Web francophone.
Aujourd'hui, il est donc question de mes (nos, vos, leurs) préférences en matière d'écriture.


Dans vos romans, trouve-t-on plutôt...

1. Des phrases courtes et précises, ou bien des phrases longues et lyriques ?
Longues et lyriques en général, mais pour des raisons de rythme, je tâche de les entrecouper avec de petites phrases bien courtes.

2. Un roman court et concis, ou bien un roman long à tiroirs ?
Court et concis. Les trucs trop complexes, je me perds dedans.

3. Des titres de chapitres, ou bien des numéros de chapitres ?
Les deux mon général ! Sauf exception, bien entendu.

4. Un héros qui meurt, ou bien un héros qui survit ?
Un héros qui survit. Je ne tue mon personnage principal que dans certaines nouvelles, pas dans les romans.

5. Une écriture centrée sur l'intrigue, ou bien sur les personnages ?
Plutôt les personnages. Je pars toujours d'eux pour construire l'intrigue, jamais l'inverse.

6. Quelques sous-intrigues, ou bien une seule intrigue principale saupoudrée de deux-trois trucs ?
Une seule intrigue principale, parfois même pas saupoudrée. J'ai dit plus haut que si c'est trop complexe, ça me paume.

7. Une ligne narrative positive, ou bien quelque chose de plus sombre et pessimiste ?
J'aime bien mixer les deux, faire dans l'aigre-doux, avec sans doute une légère dominante d'optimisme parce que mon caractère veut ça.

8. Une morale ou un thème à faire passer, ou bien juste du divertissement ?
Le divertissement avant tout, juste mes personnages qui vivent des histoires. Sauf qu'au final, c'est toujours coloré par mes opinions, pas de miracle.

9. Des flashbacks, des flashforwards, ou bien une narration purement chronologique ?
Une base chronologique, parfois un peu détournée le temps d'un flashback, ou parce que je veux finir avec le personnage A avant d'attaquer la partie consacrée au personnage B, qui commence deux heures avant la fin de la précédente. Néanmoins, sur le roman que je suis en train d'écrire, je casse la chronologie en deux.

10. Une fin joyeuse, ou bien triste, ou bien ambiguë ?
Ambiguë tendance joyeuse. Les personnages s'en tirent bien, mais ils ont rarement obtenu ce qu'ils voulaient.

11. Des scènes d'humour pur, ou bien des scènes de violence pure, ou bien un peu des deux ?
L'humour pur, j'ai du mal, parce que c'est dur d'être drôle (j'espère néanmoins y arriver à l'occasion, par exemple avec la scène du mess dans Gigahertz). La violence pure me rebute un peu, donc j'y recours avec beaucoup de modération.
Donc au final, la plupart du temps, c'est ni l'un ni l'autre, ou si peu. Mais il y a toujours un peu de violence et un peu d'humour.

Récapitulons : je suis une midinette attardée nulle en construction d'intrigues. Mais si, puisque je vous le dis !

4 commentaires:

  1. Sympa ce questionnaire. Je peux te le piquer pour l'utiliser sur mon blog ?

    RépondreSupprimer
  2. A part ça, faire des intrigues courtes et ciblée ne signifie pas être nulle en intrigue.
    Ce n'est ni la taille ni le nombre qui comptent, juste le talent*.


    *Si quelqu'un trouve un double sens dans cette phrase, c'est qu'il l'a voulu. Moi j'y suis pour rien.

    RépondreSupprimer
  3. Bien sûr que tu peux reprendre ce quiz, il est fait pour ça.
    Je maintiens néanmoins que la construction des intrigues reste mon gros point faible. Je me satisferais volontiers d'écrire des dialogues, des descriptions, et rien d'autre. Sauf que ça n'aurait aucun intérêt, pas même pour moi à la relecture.

    RépondreSupprimer
  4. @Isa : Moi je n'ai vu que le double sens, ce doit être mon esprit tordu... (a force d'écouter reflet d'acide on voit ces choses là partout)

    n'empêche que c'est quand même vrai, c'est pas la taille de l'intrigue qui compte.

    RépondreSupprimer