lundi 29 juin 2015

2016 à l'heure de pointe

Alors que le premier semestre 2015 s'apprête à se refermer, on fait un petit point rapide sur mon actualité littéraire à venir :
  • Dans deux mois, avec la rentrée, ce sera la parution officielle de La dernière fée de Bourbon, roman victorien fantastique qui est aussi ma déclaration d'amour à l'île de la Réunion. Avec les éditions du Chat Noir, nous en sommes actuellement à valider la maquette. Je devrais donner mon bon à tirer d'ici quelques jours.

mercredi 24 juin 2015

Porte top-secrète

C'est amusant comme, alors qu'on travaille sur le projet top-secret, on se retrouve dans un château dont une des portes ressemble à ceci :


Ça rejoint tellement bien la thématique du projet que l'on pourrait se demander si les personnages n'y sont pas venus avant nous !
Ce soir, j'ai bouclé l'avant-dernier chapitre. Le texte a passé le cap des 270 000 signes.

mercredi 17 juin 2015

Clefs de genou aulnaysiennes

Samedi dernier, c'était donc les Futuriales d'Aulnay-sous-Bois. Un événement super sympa et convivial, à l'ambiance familiale pas désagréable.
Il y a eu du soleil, beaucoup ! De la dédicace, un peu. Et puis plein de copains que je suis toujours aussi ravie de revoir. J'ai passé l'essentiel de la journée entre Nathalie Dau et Olivier Gechter, que j'aime très fort tous les deux, je suis rentrée le soir en compagnie de Karim Berrouka et Bertrand Campéis, et j'ai fait la connaissance d'un certain nombre d'autres, dont Nabil Ouali.

Vers la fin de l'après-midi, Nabil et Olivier, qui cuisaient à l'étouffée comme tout le monde, sont allés se défouler un peu dans le parc. Le premier étant ceinture noire de karaté, et le second ayant un bon niveau en kung-fu, ils se sont fort logiquement savatés dans la bonne humeur.
J'en ai filmé un bout.

video

Apparemment, chacun en est ressorti agréablement surpris du niveau de l'autre... et un peu meurtri aussi.
En tout cas, c'était mignon.

jeudi 11 juin 2015

Monsieur Oniros est un casse-pieds

Ce n'est pas un secret, j'ai la Muse la plus fainéante du monde.
Monsieur Oniros est en effet du genre à me lâcher avec de vagues embryons d'idées, à partir desquels j'ai un sacré boulot pour construire des personnages et des intrigues qui tiennent la route (et encore).
Cependant, son autre spécialité consiste à me jouer de sales coups : m'inspirer un truc le matin même où je commence le NaNoWriMo, par exemple. Ou bien, comme cette semaine...

Le tome 1 d'Ana l'Étoilée vient tout juste d'être annoncé pour une parution au premier semestre 2016. En coulisses, néanmoins, le tome 2 est déjà écrit, et je planifie l'écriture du tome 3, idéalement dans la foulée du projet top-secret. Donc, en ce moment, je bosse sur Ana, et ce n'est pas Monsieur Oniros qui va m'aider, par exemple, à vérifier si l'accès au barrage de la baie de Cardiff est ouvert de nuit (apparemment oui).
En revanche, c'est lui, comme un vieux sournois, qui me déboule au creux de l'oreille et me tient à peu près ce langage :