La dernière fée de Bourbon

Empire Britannique, 1873, sur l’île Bourbon hantée par les diwas, des créatures magiques, imprévisibles et dangereuses.
Lisha Payet, retirée toute petite à sa famille, a grandi sur l'île Maurice voisine. Quatorze ans plus tard, elle revient à Bourbon pour y devenir une parfaite épouse victorienne, sous l'œil critique de la bonne société saint-pauloise.
C'est sans compter le conflit qui éclate sur l'île. Prise malgré elle dans ce soulèvement, Lisha devra choisir son camp. Famille adoptive ou liens du sang ? Obéissance ou transgression ? Ami d'enfance ou officier à la beauté troublante ? Si encore elle ne jouait que sa propre vie ! Mais l'île Bourbon, à travers sa dernière fée, lui a confié son destin et celui de toutes les créatures qui l'habitent.
Du battant des lames au sommet des montagnes, Lisha en apprendra plus qu'elle ne l'aurait souhaité sur les diwas, les hommes et sur elle-même.
(couverture par Nicolas Jamonneau)

La dernière fée de Bourbon, également connu en ces pages sous le nom de code "DFB", est mon quatrième roman, paru le 1er septembre 2015 aux éditions du Chat Noir, dans la collection Cheshire (dédiée aux romans jeunesse et Young Adult).
J'y explore le fantastique victorien sous l'angle des colonies, moins souvent mises en scène que les capitales européennes, en y joignant ma déclaration d'amour à l'île de la Réunion.

Prix de vente papier : 19,90 euros.
ISBN papier : 979-10-90627-80-2

Prix de vente numérique : 5,99 euros.
ISBN numérique : 9791090627895

La dernière fée de Bourbon a été mon NaNoWriMo 2013.

Pour en savoir plus... voir la rubrique "La dernière fée de Bourbon" du blog.

La fiche de La dernière fée de Bourbon sur...



Les chroniques

30 septembre 2015 :
La première chronique nous vient du site Smallthings, où Jennifer attribue trois étoiles au roman.
L’auteur mène l’intrigue sur plusieurs fronts sans nous perdre, rendant ce récit addictif et original.

1er octobre 2015 :
Chez Hina Hon aussi, on a beaucoup aimé le roman, qui obtient le label "excellente lecture".
Courez vite vous le procurer si ce type d'univers vous intéresse, ce livre est une petite merveille aussi magique de l'extérieur que de l'intérieur.

16 octobre 2015 :
La délicieuse Taly recommande chaudement la lecture de La dernière fée de Bourbon.
On retrouve une fois de plus le goût de l'auteure pour le merveilleux, comme dans son roman Fille des deux rives chez Mythologica mais avec une touche plus exotique et mythologique propre au décor choisi !

28 octobre 2015 :
Serafina, de If is dead, pensait lire un roman sur le vaudou, un de ses sujets fétiches. Malgré la surprise, elle a bien aimé le livre.
Malgré le fait que ce roman n’était pas ce à quoi je m’attendais, je l’ai beaucoup apprécié et je ne peux que vous le recommander.

10 novembre 2015 :
Encore une lectrice convaincue, cette fois sur le blog De fil en Histoire !
Une uchronie qui nous embarque dans une folle histoire où des manigances vont titiller notre curiosité. Le destin de Bourbon est entre vos mains !

12 novembre 2015 :
Pierre-Marie Soncarrieu signe une chronique tout à fait élogieuse dans le numéro 14 du fanzine La Tête en Rêve.
Avec la dernière Fée de Bourbon, Ophélie signe d’une main de maître son quatrième ouvrage dans une magnifique ambiance à mi-chemin entre le colonialisme et l’époque victorienne.

14 décembre 2015 :
Une nouvelle chronique nous arrive tout droit des Éphémères Gourmandises de Lilou. Encore une lectrice convaincue !
C’est le premier livre d’Ophélie Bruneau que je lis et je ne suis pas du tout déçue, bien au contraire. Cette histoire m’a donné envie de découvrir un autre livre de cet auteur.

4 janvier 2016 :
Joyeux Drille se fend d'une très longue analyse, décortiquant les différentes thématiques abordées, pour dire tout le bien qu'il pense du roman.
Autour de thèmes assez classiques, Ophélie Bruneau nous propose une histoire que le décor, l'univers rendent originale et captivante.

22 janvier 2016 :
Une nouvelle bonne chronique sur Gémétys.
Les intrigues sur les Pailles-en-queue, les diwas et la fée de Bourbon sont bien menés et on ne s'ennuie pas à la lecture.

2 février 2016 :
Lhisbei, du RSF Blog, s'avoue agréablement surprise par le roman.
des personnages bien dessinés, bousculés par les tumultes de l’histoire, dans un univers uchronique exotique original, une forme de militantisme sous-jacent (pour l’émancipation des femmes, des créatures magiques, pour la liberté et la tolérance), tout ce que j’aime en somme.

18 février 2016 :
Sur Actusf, La dernière fée de Bourbon fait partie des coups de cœur de Jean-Luc Rivera.
Ophélie Bruneau nous donne ainsi beaucoup de plaisir avec cette histoire écrite de manière très prenante

26 février 2016 :
Au tour de l'avis de Marie-Laure in a daydream.
Ophélie Bruneau nous offre là un très beau roman qui, je pense, satisfera nombre de lectrices et lecteurs de fantasy.

6 mars 2016 :
Encore une belle chronique chez le Bazar de la Littérature.
J’ai donc apprécié la teneur de l’intrigue et la vivacité narrative de l’ensemble… mais j’ai surtout aimé le contexte.

10 mars 2016 :
Miss Elody n'a pas aimé les personnages. Ça arrive.
Une très agréable lecture : un univers riche, des descriptions très bien écrites mais des personnages dont je n’ai pas su être attachée ...

28 mars 2016 :
4/5 chez Salade de Livres.
J'ai donc beaucoup apprécié ce livre qui m'a un peu réconciliée avec l'univers magique que je fuis depuis quelques temps mais il manque cependant quelque chose pour que ce soit un coup de cœur.

13 avril 2016 :
Un beau coup de cœur pour Tiphs !
La seconde grande, immense réussite de ce roman, c’est l’incroyable message de tolérance et de respect qu’il fait passer.

27 avril 2016 :
15/20 chez les lectures de Kriemhild :
Mêlant le vrai au faux, l'auteur nous sert une uchronie qui n'a pas de fantastique que le genre !

31 mai 2016 :
Chronique chez Livr'aisons littéraires :
Une histoire de révolte et de magie, d’amour et d’esprits de la nature dans une ambiance aux teintes steampunk.

30 août 2016 :
Chronique chez Mythologica :
Un voyage à travers l’île, mais aussi à travers son Histoire, ses ancêtres et sa magie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire