mercredi 11 juin 2008

La connerie, c'est contagieux

Comme je dois sortir et que je n'ai pas le temps de dessiner, vous devrez imaginer l'élément kunu, mais le cœur y est et la dénonce aussi.

Je lis à l'instant dans le journal une brève qui pourrait passer inaperçue, coincée entre plein d'autres textes qui attirent plus l'œil. Je pense que la dépêche a été reproduite telle quelle et c'est bien ça qui m'inquiète.

"Une famille, qui réclamait des indemnités à l'hôpital de Bourg-en-Bresse (Ain) pour la naissance d'un enfant handicapé, a vu sa demande rejetée et devra payer une amende de 1000 euros, parce que le père de famille, musulman, avait refusé la présence de médecins hommes lors de l'accouchement."

Vous avez vu le mot que j'ai mis en gras ?
Pensez-vous un instant que la dépêche aurait mentionné "le père de famille, luthérien" ou "le père de famille, athée" si cela avait été le cas ? Non, bien entendu, mais là, c'est un vilain musulman, donc on le souligne pour dire qu'il n'est pas comme nous ma bonne dame.

Pourtant, la connerie crasse et le machisme ne sont pas une question de religion, et le seul résultat à toujours préciser que tel ou tel sinistre crétin est musulman (au hasard : "l'époux, musulman, ne voulait épouser qu'une femme vierge") est de créer ou de renforcer un amalgame dans la tête des gens qui n'avaient peut-être pas besoin de ça.
Ainsi Monsieur et Madame Lambda, quand leur fille leur annoncera qu'elle est amoureuse d'un jeune homme musulman, pourront pousser les hauts cris, parce qu'il va la forcer à porter la burka, l'empêcher de sortir de la maison et interdire aux médecins de la soigner. Forcément, puisque c'est un vilain musulman.
Ce qui contribuera à démontrer que la connerie est décidément une chose bien universelle.

Le père de famille de cette histoire n'a pas refusé les médecins de venir en aide à sa femme parce qu'il était musulman. Il l'a fait parce qu'il était con.
Et ça me fout d'autant plus en boule que si mon mari avait été con tout pareil il y a cinq ans, mon fils ne serait pas handicapé. Il serait mort, et moi peut-être aussi.

Au passage, l'obstétricien qui nous a sauvés s'appelait le docteur Ibrahim. Gasp... Encore un vilain musulman ?

1 commentaire:

  1. Ah, je ne suis pas la seule à l'avoir remarqué... Ca m'a fait grimper aux rideaux tout pareil.
    C'est pas un tout petit peu facile, ça ? GRRRR !!

    RépondreSupprimer