jeudi 25 septembre 2008

Instant lecture

Et hop, une nouvelle catégorie, comme s'il n'y en avait pas déjà assez.

J'ai enfin renoué avec la littérature, ce qui m'arrive en général quelques semaines par an, dans les périodes qui suivent les salons où j'ai la bonne idée d'aller acheter des bouquins. Le reste du temps, les seuls livres que j'achète sont des bandes dessinées (pour schématiser).
J'ai donc avalé deux bouquins mardi, et j'en ai commencé un troisième aujourd'hui. Du gros tas de livres que j'avais ramené de mon escapade aux Buttes-Chaumont il y a deux semaines, j'ai extrait en priorité ceux des copains. J'aurai de toute façon le temps de lire les autres dans les semaines à venir, que ce soit dans une salle d'attente, sur mon canapé ou lors de mon séjour à la maternité.

Place maintenant aux deux bouquins que j'ai finis.

Quelques grammes de brutes dans un monde de finesse (Patrick Eris)
Image hébergée par servimg.com
Un mini-roman jeunesse, de l'aventure à cent à l'heure, un truc dans lequel on reconnaît bien la patte de l'ami Patriiiick (que je poutoune au passage), mais qui se lit honteusement vite. Beaucoup trop. Et quand on est un adulte, on se pose tout un tas de questions sur des aspects de l'intrigue qui auraient gagné à être précisés. Mais j'imagine que pour le cœur de cible de l'ouvrage, tout ce qui compte, c'est l'aventure, et de ce point de vue, on en a pour son argent (10 euros chez @telier de Presse).

Solstice volume 2 : Crimes en Imaginaire (anthologie)
Image hébergée par servimg.com
Contrairement à la mode qui veut qu'on lise des romans bien plus volontiers que des nouvelles, je préfère quant à moi lire une anthologie : pas de problème de suspense si on n'a que le temps de lire une nouvelle dans la salle d'attente.
J'attendais Crimes en Imaginaire au tournant, puisque j'avais envoyé lors de l'appel à textes une nouvelle qui n'avait pas été prise. Je dois maintenant avouer que les œuvres retenues ont leur place dans l'ensemble, sans doute davantage que mon bébé que je chérissais pourtant comme s'il avait de la valeur. De sujets, de domaines et même d'intérêts variables, toutes les nouvelles ont en tout cas leur lot de qualités et les auteurs débutants tiennent dans l'ensemble la comparaison avec les vieux briscards.
Quand même un cran en-dessous du volume 1 Facettes d'Imaginaire, ai-je trouvé. Pourquoi ? Euh...
C'est 18 euros et c'est aux éditions des Mille Saisons.

5 commentaires:

  1. Moi, j'aime pas les antho... Du moins les anthologies multi-auteurs. On a à peine le temps de se faire au style (parfois particulier, suivez mon regard vers les tentacules qui dépassent au fond à gauche) d'un auteur que c'est déjà fini, et qu'on passe à un autre.
    Bon, certains auteurs suffisamment schizophrènes arrivent à changer totalement de style entre deux nouvelles, mais c'est plutôt rare...

    Mais c'est vrai que le format "nouvelle" est moins suspensogène :D

    Regards,
    Skro

    RépondreSupprimer
  2. C'est terrible, en voyant le titre du post j'ai cru que tu allais nous faire une conférence instantanée.

    Heureusement, ce n'était pas le cas. (Ça a quel goût, un cours magistral lyophilisé ?)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne blogue pas encore en anglais, monsieur Fifo ! Mais c'est amusant, maintenant que tu le fais remarquer.
    Tu as d'autres exemples de locutions qui ont un sens à la fois en français et en anglais, mais qui ne veulent pas du tout dire la même chose ?

    RépondreSupprimer
  4. Tiens question comme ça, elle vaut quoi la nouvelle de Gaborit ?

    C'est un auteur sur lequel je fondais de grands espoirs et qui m'a cruellement déçu il y a quelques années. Et depuis je n'ai rien vu de nouveau de lui.

    RépondreSupprimer
  5. "Tiens question comme ça, elle vaut quoi la nouvelle de Gaborit ?"

    Une maîtrise de l'écriture indéniable, une ambiance remarquablement noire, mais on peine un peu à voir où l'auteur veut en venir.

    RépondreSupprimer