mercredi 16 décembre 2009

En apesanteur (lisez encore du Oph)

Tout d'abord, permettez-moi d'éliminer un indésirable.
*dézingue Calogero au minigun*
Voilà.

Maintenant, je peux faire mon annonce :


Couverture Akae

Fantasme récurrent, l'apesanteur permet d'imaginer et de découvrir de nombreuses situations, en toute légèreté.
Dans ce nouveau numéro de Piments & Muscade, elle devient même un personnage à part entière, offrant un ticket pour l'espace infini ou des lieux confidentiels.
Voyageurs, soldats et jeunes gens n'ont qu'à bien se tenir car il leur faudra défier la gravité !

Sommaire :

Moona Park, de Kira N’Agio
Express Space veille à votre confort, de Laëtitia Genetay
Un tout petit moment de honte, de Frédéric Nérinckx
Mémoires, de Vieux Chat
Au cœur de la sphère, d’Ophélie Bruneau
Premier vol, de Jennifer Flajolet-Toubas
Friandise (petite Fée), de Cold Troll

Avec des illustrations d'Ophélie Bruneau, Erwin Pale et Cold Troll.

Ce nouvel opus du fanzine se commande dès à présent sur le site de l'Armoire aux Épices, ou bien s'achète auprès de moi, par exemple, si on sait qu'on va me voir à tel ou tel événement (marche aussi pour les soirées entre copains).
Il devrait exister physiquement et dans mes mains, au plus tard au début de la semaine prochaine.

3 commentaires:

  1. Tiens, je dois avouer que le sujet m'intéresse... Il va donc falloir que je me procure un exemplaire.
    J'aurais aimé te prendre une intégrale et te faire dédicacer des trucs, mais je n'ai pu me libérer pour aller à Sèvres, pourtant à 2 pas de RER de mon futur-ex-chez moi...

    Je me demande comment s'en sont sortis les auteurs sur cet épineux sujets : les tests russes et américains n'ayant guère était concluant.

    Le sexe en apesanteur, c'est comme le sexe sur la plage de sable fin ou dans la campagne champêtre : en réalité, c'est beaucoup moins romantique et rien ne vaut un bon lit...

    RépondreSupprimer
  2. Pour rebondir (houba bouba) sur le message du Mage, je me rappelle avoir lu une nouvelle d'Asimov sur le sujet. Il disait que c'était une nouvelle de commande, de la part de son éditeur qui lui reprochait de ne pas mettre de scène de fesses dans ses oeuvres. Et ça racontait la première nuit de noces dans l'espace...

    Un grand moment de rigolade que l'on pourrait résumer à "Si quand j'avance, toi tu recules, comment veux-tu..."

    Regards,
    Skro

    RépondreSupprimer
  3. Mais, ma fille Ôo, c'est un lieu de perdition que vous entretenez ici! :-)Moi qui vous prenais pour une honnête mère de famille mâtinée d'une austère banquière informaticisante. Vos confessions promettent cependant d'être distrayantes

    RépondreSupprimer