mercredi 27 janvier 2010

Gueule cassée


Ou comment avoir des pensées pour un arrière-grand-père que je n'ai pas connu, alors que je devrais avoir la tête aux détails techniques d'avant-projet de la migration à venir.

(au fait, c'est un détail sur lequel il faut cliquer, hein)

7 commentaires:

  1. Blink ?
    Je comprends pas les deux personnages devant...

    (Et tu en as de la chance de connaître un peu l'histoire d'un arrière-grand-parent. Je sais bien peu de chose des miens : rien d'un côté, pas le courage d'en parler de l'autre.)

    RépondreSupprimer
  2. Les personnages devant ?
    Représentant de notre SSI (Sécurité des Systèmes d'Information) contre représentant de l'éditeur du progiciel.
    Deux exigences diamétralement opposées, un contexte qui fait que ça va être difficile de négocier, et au final, l'impression d'être prise entre deux feux.

    Quant au bisaïeul, une gueule cassée dans une famille, je crois qu'on s'en souvient des générations après. C'est d'autant plus dommage que si j'en juge d'après la photo de lui que j'avais dans ma chambre à un moment, c'était un sacré bel homme (modulo la moustache d'époque).

    RépondreSupprimer
  3. Petite question Oph... C'est quoi votre job? Parce que là entendre parler de sécurité des systèmes d'informations et éditeur de u progiciel, j'avoue c'est un peu du chinois pour moi...

    RépondreSupprimer
  4. Je fais la maintenance et les développements spécifiques du progiciel en question (comme un logiciel, mais customisable car à destination des professionnels), qui sert à la gestion administrative des ressources humaines.
    Ma spécialité, ce sont les interfaces. Je passe du temps, par exemple, à faire en sorte que les gens puissent, dans de bonnes conditions, poser leurs congés et déclarer leurs déménagements.

    Donc côté éditeur de progiciel, plus on s'aligne sur leur configuration, plus ça les arrange, ils ont moins de boulot pour s'adapter à nos besoins.
    Le domaine SSI, quant à lui, c'est un peu notre Tinotino : il y a de nombreuses règles de sécurité imposées dans la maison, et il fait les gros yeux dès qu'on tente de s'en écarter.
    Or la configuration de l'éditeur est très différente de la nôtre, d'où demande de flexibilité d'un côté et rigidité de l'autre. Et conflit.

    C'est plus clair ou je recommence ?

    RépondreSupprimer
  5. C'est très clair! Merci pour cette rapide et brillante explication.

    Encore un métier que je serais incapable de faire!

    RépondreSupprimer
  6. Le monde est bien fait : je ne me sens pas capable d'être CIP. ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Les compétences et qualités requises pour être Cip ne sont pas insurmontables, alors que travailler dans l'informatique (si j'ai bien tout compris) c'est déjà plus complexe.

    Les compétences sont différentes dans les deux cas mais peut être plus accessibles dans l'un que dans l'autre.

    RépondreSupprimer