dimanche 28 mars 2010

La tribu bannie (Roland Vartogue)



Attention, ceci est un tome 2.

Inutile de tourner autour du pot : la Fortune de l'Orbiviate est bien partie pour compter comme une de mes séries de fantasy préférées. Dans un monde dont l'originalité est d'être en mutation constante, aux mains d'une douzaine de dieux capricieux répartis en deux factions ennemies (telle est du moins la croyance des habitants), quelques jeunes gens sont peu à peu happés par un destin à la fois grandiose et finalement peu enviable.

Dans le tome précédent, on avait fait la connaissance d'un certain nombre de personnages dont certains reviennent ici : Joris Méria, dotée d'étonnants pouvoirs et couvée depuis toujours par de nombreux prêtres ; Magla Gélanne, sa cousine, courageuse et volontaire, mais souvent écartée de l'action car ne disposant pas de compétences essentielles ; Perval Taros, prodigieusement crétin quoique capable de tout faire avec ses mains, et impliqué dans l'action bien que ne disposant pas (en apparence) de compétences essentielles ; Darien Saphrone, combattant de génie qui déteste tuer ; et le père Héral Calad, Formateur de Qaôzer, qui commande à tous les métaux mais surtout aux alliages ferreux.
Après avoir exploré les Terres Éphémères aux paysages sans cesse changeants et avoir fait une découverte capitale en manquant plusieurs fois d'y laisser leur peau, ces braves héros repartent donc, parce que sinon, il n'y aurait pas de livre. Mais cette fois, ils sont à la recherche d'une autre équipe d'explorateurs capturée par un mystérieux peuple qui, horreur ! semble ne pas avoir la même religion qu'eux.
Évidemment, la pauvre Magla est larguée à mi-chemin, histoire de laisser sa cousine au cœur d'un triangle amoureux à haut risque.
Et la grande nouveauté, c'est qu'autour de cette nouvelle mission dans les Terres Éphémères, ça complote dans tous les sens.

Comme le précédent, ce nouvel opus est dense (500 pages écrites en tout petit) mais pas bourratif pour autant.

J'ai beaucoup aimé...
L'ambiance, la folie des Terres Éphémères, Perval (je veux faire partie de son fan-club), l'écriture efficace qui embarque le lecteur, les interrogations soulevées par l'interaction entre le roman et les nouvelles disponibles sur Orbiviate.com, le fait que certains concluent enfin, les retournements même si j'en ai vu venir beaucoup, bref, j'ai aimé le bouquin, que ça se sache.

J'ai moins aimé...
Magla encore mise de côté, Joris beaucoup trop à l'aise dans ses baskets d'Émissaire (voyez le mal qu'a un type comme Ben Sisko pour accepter son rôle dans Deep Space 9), la rencontre avec les Kinjalis seulement aux deux tiers du bouquin, la vision sans nuance de la culture kinjalie, certaines scènes qui ont l'air d'être là seulement parce que les Rolands se sont dit "bon, là, il faut qu'on mette une scène d'action".

Et puis de toute façon, pour moi, c'est clair (au vu des références historiques mentionnées par Rosh) : le Vétorbe, en fait, c'est une pierre incandescente.

Allez, bonne lecture !


La tribu bannie (la Fortune de l'Orbiviate, tome 2)
Roland Vartogue
Éditions des Mille Saisons
23 euros

2 commentaires:

  1. Incandescent : Qui peut accaparer des objets sans resurgir sur autrui.

    RépondreSupprimer
  2. Gzactement ! :-D
    Pis avec un personnage qui s'appelle Perval, hein...

    RépondreSupprimer