jeudi 10 juin 2010

Entrechats (Cécile Duquenne)


Cécile Duquenne, je la fréquente un peu sur une paire de forums, et je connaissais de nom son roman Entrechats parce qu'elle en avait pas mal parlé à une époque. Emporté dans la mort des éditions de l'Olibrius Céleste, le projet a été repris par Voy'[el] (bon sang, le nom de cet éditeur est un cauchemar à taper au clavier), et donc, le bouquin est finalement sorti en 2010.
Surprise, j'ai appris seulement en fin de lecture qu'il s'agissait à l'origine du NaNoWriMo 2005 de son auteur. Cela en fait probablement un des tout premiers, voire le tout premier NaNoWriMo français publié.

En résumé : dans un monde alternatif de type science-fantasy, la rencontre entre les nations des Plaines Désertiques (adeptes de la magie et très fortement inspirées de l'Égypte) et des Terres Croisées (d'inspiration européenne et adeptes de la technologie) a engendré un certain nombre de conflits plus ou moins larvés entre Traditionnalistes et Techs. Dans ce contexte, on trouve le cadavre d'un sphinx non loin de la capitale des Plaines Désertiques. C'est le début d'un affrontement entre les forces de l'ordre, une mafia Tech et un groupe Traditionnaliste, qui touche malgré lui le jeune homme qui s'est occupé de l'autopsie. Entrent également dans l'équation les sphinx, soucieux de protéger leurs secrets, et quelques anciens dieux qui ont à peu près le même but. Bref, une intrigue dense avec beaucoup d'action et de la magie à tous les étages.

Le choix des deux personnages qui figurent sur la couverture n'est pas forcément très pertinent : le roman compte une bonne demi-douzaine de personnages principaux.

C'est bien écrit, rythmé, intéressant. Franchement, un bon roman bien construit. Sachant qu'il s'agit de l'œuvre d'une jeune fille qui avait dix-sept ans à l'époque du premier jet, c'en est presque rageant. Néanmoins, la jeunesse transparaît parfois : un éminent biologiste âgé de vingt-sept ans, c'est un peu limite en termes de crédibilité.
Du point de vue de l'écriture, je ne compte que deux déceptions :
- La fin. Les deux "désignés pour mourir" passent l'arme à gauche en une poignée de paragraphes et les choix de vie finaux de certains "gentils" sont absurdes, ou alors mal expliqués.
- Le titre. Je sais bien qu'il est issu de longues heures de brainstorming, mais "Entrechats", ça ne correspond pas du tout au contenu du livre. Ça suggère une légèreté qui n'y est pas, en plus, personne ne danse... bon, il y a des chats. Mais c'est un lien très ténu.

Ce que j'ai beaucoup moins apprécié, c'est lié à l'éditeur et/ou à l'imprimeur, pas à la pauvre Cécile Duquenne qui n'y est sans doute pour rien : il y a beaucoup d'erreurs de mise en page.
La plus grosse, celle dont je me souviens, est qu'il manque souvent des tirets cadratins dans des dialogues, qu'on met du coup quelques secondes à interpréter comme tels. Ça n'a l'air de rien, mais quand ça se reproduit trop souvent, c'est super chiant. À ce compte-là, le fait que derrière les cadratins, certains espaces ne soient pas insécables, ça devient secondaire.

Cela dit, si vous êtes amateur de science-fantasy, ce serait dommage que ce point vous retienne.

Entrechats
Un roman de Cécile Duquenne
Éditions Voy'[el]
23 euros

2 commentaires:

  1. Hello,

    Un énorme merci pour ta critique détaillée, ça fait plaisir de lire des retours, après tout ce temps. :)

    Je ne savais pas que mon NaNoNovel était le premier à être publié en France... ça me fait vraiment super bizarre du coup, de savoir ça. ^^
    Bises,

    Cécile !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pas si c'est le premier, mais c'est très certainement un des premiers. Sinon, on en entendrait davantage parler, vu la façon dont fonctionne la communauté NaNo.

    RépondreSupprimer