vendredi 15 octobre 2010

Des bouts de vie...

C'est bizarre comme la vie se joue de vous, parfois. En ce moment, il y a tout qui bouge autour de moi, et moi aussi, mais peut-être moins.
En vrac :

Un projet qui prend un tour tout à fait bizarre, comme le prouve ce double lapsus dans le dernier support de réunion, lapsus que je qualifierai de "parfaitement révélateur".

Mon NaNoWriMo qui commence à prendre forme, bien que comme chaque année, je me demande si j'arriverai à tirer cinquante mille mots d'un plan si indigent. Il me faut une sous-intrigue, si possible liée à l'histoire principale, sinon ça n'aura aucun intérêt.

Des gens qui s'énervent : Don Lo a défilé dans une des manifestations contre la politique actuelle, et on ne sait pas si la pancarte qu'il a photographiée doit faire sourire ou grincer des dents.

Une vie qui s'envole : Alain Le Bussy, auteur aussi prolifique qu'apprécié dans le fandom SFFF, vient de nous quitter, pile au moment où un de ses romans venait d'arriver en haut de ma pile à lire. Après Satoshi Kon, ça fait deux fois ces derniers mois que j'ai l'impression de tuer un créateur rien qu'en m'intéressant à lui.

Et pour finir, un nouveau venu auquel je souhaite une belle et longue vie : onze éditeurs indépendants ont mis en ligne un blog commun, dont la note du jour est évidemment consacrée à Alain Le Bussy, mais qui a surtout pour but de parler de leur métier, synonyme de passion chez eux. Je vous invite à surveiller à l'avenir l'actualité du blog Métier : éditeur.

Sur ce, c'est le week-end. Je vous le souhaite bon... et à moi aussi, tiens. Ça me fera du bien.

4 commentaires:

  1. Le Grand Cthulhu16 octobre 2010 à 19:22

    Peut-on te suggérer des artistes dans l'oeuvre desquels tu devrais te plonger ?

    RépondreSupprimer
  2. Tu as une liste de personnes dont tu souhaites te débarrasser ? ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Le Grand Cthulhu17 octobre 2010 à 21:30

    Si j'en dis plus, je devrais tous vous tuer...

    RépondreSupprimer
  4. Je note que le dernier bouquin que tu as chroniqué est celui de Samantha Bailly, alors avec un peu de chance...

    RépondreSupprimer