dimanche 20 février 2011

Succube Pizza, Freaks' Squeele tome 4 (Florent Maudoux)

Conseil du jour : ne vous prenez pas pour un warrior quand votre rhume tourne à la rhinopharyngite, en décidant qu'à votre âge, vous n'avez pas besoin de vous soigner.
C'est un coup à ramper d'urgence chez votre généraliste le vendredi soir, sous le coup d'une otite fulgurante développée dans le dos de votre système immunitaire qui avait autre chose à faire de ses journées.
Bref.
Passons tout de suite à du plus motivant avec le livre du jour.


Depuis le temps, ça n'est un secret pour personne : chaque nouveau volume de Freaks' Squeele est attendu chez moi comme une bulle d'oxygène, un peu d'air frais dans un monde plein de danger, d'humour et de poésie, servi par un dessin semi-réaliste dont la maîtrise troue immanquablement le squeele.
Dans cet opus, donc, Chance se débarrasse enfin de la menace la plus urgente qui pesait sur sa tête, et la première année des apprentis-héros se termine par un dernier pique-nique.


Un Thiercelieux en trois cases, ou "cours de narration efficace"

C'est donc une nouvelle année qui commence pour le trio, qui ouvre un camion-bar nommé "Succube Pizza", voilà pour le titre. Mais qui dit nouvelle année dit nouveaux ennuis. En l'occurrence, comme l'annonce la couverture, Xiong Mao, Ombre et Chance vont jouer les avocats du diable en défendant... leur directeur, Scipio. Pourquoi ? Comment ? En dire plus relèverait du spoiler.
Ce qui est sûr, c'est que Florent Maudoux a tenu sa promesse en insérant dans la BD les personnages créés par ses lecteurs. Ça fait très bizarre, de se surprendre à reconnaître sa création dans les coins de case.

Cette fois-ci, pas de Tranches de Squeele à la fin, mais une preview des histoires dérivées dans un cahier noir entre les deux "saisons". À savoir : Masiko, une aventure de la maman de Xiong Mao, d'ores et déjà disponible en histoire courte dans la BD Doggybags parue dernièrement ; Fortunate Son, une série qui racontera les origines de Scipio et de Funérailles ; Rouge, sur l'adolescence de Xiong Mao ; et enfin Kim Trauma ou la vie pas très reposante de l'infirmière scolaire de la FEAH. Ça peut sembler beaucoup, et encore, on peut y ajouter un projet de spin-off centré sur le personnage de Val qui a failli se concrétiser l'an dernier, mais qui est retourné dans les cartons faute d'accord entre le scénariste et la dessinatrice potentielle.
Et puis on se souvient que ça devient la norme, aujourd'hui, d'avoir plusieurs histoires dans le même monde (Troy...), voire une même histoire déclinée sur de multiples supports (Naheulbeuk, Noob...). Et franchement, un univers aussi riche que celui de Freaks' Squeele s'y prête bien.

Un autre changement, c'est qu'il y a non pas un, mais deux carnets en couleurs, au début et à la fin. Afin de rendre la transition avec les pages en gris un peu plus douce, l'auteur a prévu un dégradé sur quelques cases. Dans un sens, la couleur disparaît progressivement, dans l'autre, elle revient avec l'arrivée de l'aube.

Quant à l'histoire elle-même, je ne sais pas si c'est le fait de l'avoir attendue avec autant d'impatience pendant un an, mais je l'ai trouvée un peu moins accrocheuse que précédemment. D'aucuns avaient reproché au tome 3 de manquer de rythme ; je trouve au contraire que c'est ce tome 4 qui en a trop. L'intrigue est à la fois simple et décousue, ça part dans tous les sens et on n'a pas toujours le temps de bien comprendre ce qui se passe.
Venant de n'importe quelle autre BD, je pense que ça ne me poserait pas de problème, mais j'aime sûrement trop Freaks' Squeele. Je m'attendais à du grandiose et c'est "seulement" bon.
Tu parles d'une déception !
Heureusement, cette fois, on ne termine pas sur un cliffhanger haletant (même si ce fourbe de Mau tente de le faire croire). Juste un "il va falloir qu'on discute" qui rappelle que tous les fils d'intrigue ne sont pas bouclés.

En gros, Freaks' Squeele, c'est toujours bon, continuez à en manger, mais ne virez pas fangirl hystérique comme moi : c'est mauvais pour les nerfs.

Sur ce, je retourne prendre mes antibiotiques.


Succube Pizza (Freaks' Squeele tome 4)
Scénario, dessin et couleurs de Florent Maudoux
Éditions Ankama (label 619)
14,90 euros.

8 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai l'impression que plus elle avance plus cette série s'améliore.
    Après avoir finis le tome 3 j'ai résisté bravement a l'envie d'acheter la suite tout de suite mais là je crois que je ne vais plus attendre très longtemps, ca devrait être interdit de finir un tome sur un cliffhanger comme ça.
    Je crois que je suis en train de devenir un fanboy hystérique
    C'est grave docteur ?

    RépondreSupprimer
  3. Ça tombe bien, je viens de le lire. J'en profite pour signaler que ce n'est pas un livre à lire dans le RER (je n'avais que ça à faire, et je n'ai pas pu attendre), je n'avais même pas remarqué le gag du Thiercelieux (évident pourtant, j'ai fait la même chose quand j'ai joué avec une fille qui s'appelait Ludmilla).

    Je suis assez d'accord avec toi sur le rythme. Dans le tome 3, le long moment passé à forger l'épée cassait vraiment le rythme, même si c'était légitime, puisque le décalage temporel cassait aussi le rythme pour les personnages impliqués (en fait, c'était tellement long que le cliff-hanger de la fin du tome n'était pas du tout crédible). Dans le tome 4 par contre, on ne prend pas assez de temps pour présenter les motivations des personnages, notamment des héros qui, comme tu l'as signalé, n'ont a priori aucune raison de vouloir sauver leur directeur ; leur motivation annoncée ne justifie pas l'énergie qu'ils y mettent.

    "on ne termine pas sur un cliffhanger haletant (même si ce fourbe de Mau tente de le faire croire)"
    Sur le coup, j'ai vraiment cru qu'on allait arriver sur une énorme tranche de Squeele, il m'a bien eu le fourbe !

    La grande question maintenant, c'est est-ce que je vais m'acheter les spin-off ? Les quatre tomes de Freak's Squeele font très bien dans ma bibliothèque (feront très bien quand j'aurai une bibliothèque...), et surtout, ils sortent à un rythme que mon porte-monnaie me permet de suivre... Oph, j'attends la critique la plus objective possible à leur sortie !

    Soigne-toi bien !

    RépondreSupprimer
  4. Comme Oph, je suis un poil déçu par ce tome (j'en attendais peut être trop aussi).
    J'avoue avoir été agacé par les "encart pub" des spin-offs en milieu de bouquin. J'aurais mieux vu ça en bonus à la fin.
    Notons qu'on voit très bien le perso imaginé par Oph d'ailleurs ^^

    RépondreSupprimer
  5. Ouaip, j'ai un peu râlé quand Mau me l'a foncé (en parlant robes de chats, je le voyais clairement "faon", pas "chocolat"), mais en fin de compte, ça permet de le repérer plus facilement, mon Esteban.
    *rron rron*

    À part ça, j'ai lu Doggybags. La première histoire est très dispensable mais les deux autres (dont celle de Mau) valent le détour.
    Attention, il y a trois posters différents répartis aléatoirement entre les exemplaires. J'ai eu celui de Masiko. ^^

    RépondreSupprimer
  6. même s'il ne vaut pas le tome 2, ce quatrième tome est très appréciable car il repars sur les rails du délire et du dynamisme.
    les pubs au milieu c'est n'importe quoi,d'autant que je ne suis pas fan de spin-offs...et petits regrets pour les couleurs, parce qu'on en aurait eu plus besoin au moment de la poursuite en voiture ou il est un peu dure de voir qui est qui.
    mais ce tome laisse espérer une suite à la hauteur des premiers tomes, juste excellents, et donc je ne peux pas vraiment parler de déception.

    RépondreSupprimer
  7. Ouai d'ailleurs c'est grâce à Esteban que j'ai pu repéré le trio Jason/Circé/Esteban en tout petit, sur la 1ère case où on voit le camion Succube Pizza *_*

    Sinon question tome 4, je me prends moins la tête par rapport au rythme.

    La seule chose qui m'énerve c'est le triangle amoureux Ombre/XM/Fei Long (je dois être la seule à avoir un faible pour le Fei Long / XM T_T).

    Et un truc qui m'énerve c'est que je me mets à bien aimer ce fourbe de Scipio -_- pourquoiiiiiiiii ?

    RépondreSupprimer
  8. Parce que c'est le frère de Funérailles et que dans ce tome, ça se voit beaucoup ?

    Je ne le trouve pas moins bon que les autres, par contre c'est très clairement un album intermédiaire et peut être moins marquant pour cette raison.

    La contrepartie c'est qu'il n'y a pas de cliffhanger de malade qui fait hurler de frustration ce coup-ci et mine de rien, ça repose.

    (Roooh, et j'ai beaucoup apprécié le petit gag à ce sujet dans cet album d'ailleurs. C'est bon de se sentir écoutée ^^)

    Et puis c'est bô. Et puis les personnages depuis le temps c'est un peu comme des copains, alors c'est bon de les retrouver même quand il ne se passe pas grand chose. Et puis doudjiou ce que ça promets pour la suite !

    Donc non, pas déçue pour ma part.
    (en même temps arrivée à un certain degré de fanatisme j'attends plus rien des artistes, je me laisse porter)

    RépondreSupprimer