lundi 21 mars 2011

Un crabe en son sein

Les mots sont mes amis, les mots sont mon refuge. Pourtant, il est des circonstances où ils s'avèrent insuffisants.
Laissez-moi toutefois essayer, vous qui aimez tant lire.
Si nous en sommes là, c'est à cause de ce beau jour d'octobre où, cédant à mes hormones autant qu'à la fatigue, je m'effondrai dans les bras d'un charmant garçon qui se trouvait être votre fils. Pour lui comme pour moi, il s'agissait d'une aventure d'un soir. Au mieux d'une amourette étudiante. Je n'ai donc fait votre connaissance que plus tard, lorsqu'il est devenu clair qu'il y avait entre lui et moi autre chose qu'une envie passagère de faire couette commune et des choses dessous.
D'aucuns en témoigneront : en règle générale, je n'aime pas vouvoyer les gens. Cela induit une distance qui ne me plaît guère. Et pourtant, en treize ans, jamais je n'ai pu vous dire "tu".

Si nous en sommes là... Mais où en sommes-nous exactement ?
Je pourrais parler pendant des heures de votre fils que j'aime éperdument, du reste de votre famille qui est un peu la mienne, sans compter les deux oursons qui constituent désormais la meilleure synthèse au monde entre ma famille et la vôtre. Je pourrais rappeler que vous avez su m'accepter, malgré mes défauts qui vous gênaient parfois. Ainsi, vous n'avez jamais caché que vous me trouviez paresseuse. Qui vous en voudrait ? Je reconnais bien volontiers qu'au nombre de mes péchés capitaux, la paresse n'est pas le moindre. De même, vous n'appréciez que modérément mes bizarreries, mes goûts vestimentaires et musicaux notamment, dans lesquels j'ai partiellement entraîné votre fils chéri. Mais votre porte me reste ouverte, et votre sourire tout autant.
Oui, je pourrais en noircir encore de nombreux paragraphes, mais à quoi bon ? Vous savez déjà tout cela. Quant au reste du monde, cela ne l'intéresse pas.

Je n'ai jamais été capable d'écrire une nouvelle à chute. La suite ne surprendra donc personne.
Sur ces treize années, en cumulé, vous aurez passé quatre ans à lutter contre la maladie. Plus fort et avec plus de moral que n'importe qui d'autre. Au nom de cette envie de vivre, vous avez supporté des souffrances inimaginables, qui vous laissaient vidée de votre énergie mais alimentaient cet espoir de voir au-delà, les enfants qui grandissent, la saison prochaine, ou juste d'entendre un chant d'oiseau. Jusqu'au bout, vous aurez refusé d'abandonner les thérapies épuisantes au profit d'un traitement palliatif. Hospitalisée en urgence, vous parliez encore de reprendre une chimiothérapie dès que vous iriez mieux...
Où s'arrête le courage, où commence le déni ? Peu importe. Sachez que je vous admire.
Que je tremble d'avance, aussi, devant le sourire de ma petite fille blonde dont le visage ressemble tant au vôtre, à l'idée qu'elle a peut-être hérité d'un "mauvais" gène et qu'un jour elle pourrait, à son tour, héberger un crabe en son sein.

Ce soir, je retiens mes larmes à m'en faire mal, parce qu'il y a dans mes bras un homme au cœur déchiré qui a besoin que je sois forte pour lui. Les mots, certes, sont insuffisants pour dire à quel point plus rien ne sera pareil. Mais ces mots, pardonnez-moi, sont tout ce que j'ai.

Adieu, belle-maman.

15 commentaires:

  1. Je crois que c'est un très bel hommage que tu lui rends là. Et effectivement, le courage n'est parfois qu'à quelques pas du déni ; et pourtant ça n'empêche qu'être si accrochée à la vie est un comportement admirable.

    Je te souhaite à toi et ta famille de pouvoir faire votre deuil le plus sereinement, et pourquoi pas avec le sourire en pensant à tous les bons moments passés.

    LOVD

    RépondreSupprimer
  2. Oh...
    Par chez moi le crabe a été déclaré membre "officiel" de la famille par la généticienne qui nous suit, et souvent j'ai la pétoche en me disant qu'il ne me laissera peut-être pas le temps de voir grandir les filles...
    Je pense très fort à l'ours et à toi dans ces moments difficiles. Je suis pas fan d'emoticons en temps normal, mais s'il en existe un qui fait des gros câlins je pense qu'il serait de circonstance.

    RépondreSupprimer
  3. mes sincères condoléances a toi et a ton mari.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne vois pas quels mots pourraient être appropriés dans ces circonstances, mais je ne peux pas rester silencieux devant des adieux aussi émouvants. Je vais donc juste faire part de mes sincères condoléances à toi, tes enfants, et surtout Nours et sa famille.

    RépondreSupprimer
  5. Toutes nos condoléances à tous les deux (quatre)... Il n'y a pas grand-chose que l'on puisse dire, mais on pense fort à vous en tout cas dans ces moments difficiles.

    RépondreSupprimer
  6. A défaut d'être là, j'écarte mes bras virtuels pour une accolade mentale.
    Le câlin en sera d'autant plus sincère à notre prochaine rencontre.

    Courage et tendresse !

    RépondreSupprimer
  7. Toutes mes condoléances. Bon courage à vous pour la suite.

    RépondreSupprimer
  8. Toutes mes condoléances à vous quatre.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
  9. Ce sont de biens jolis mots.

    Que dire de plus...

    Ah oui, vous êtes deux, et même quatre, pour vivre, affronter, accepter cette épreuve.

    Je vous embrasse tous les quatre.
    l'Amibe_R Nard

    RépondreSupprimer
  10. Je cherchais un truc intelligent à dire, et puis ça ne vient pas.
    Sincères condoléances...

    RépondreSupprimer
  11. Calikrillimero24 mars 2011 à 19:43

    Toutes mes condoléances à toi et à ta famille.

    RépondreSupprimer
  12. Parmi toutes tes "bizarreries" il y en a au moins une que, de là-haut, elle doit particulièrement apprécier à présent: tu dois être l'un des rares êtres humains capables de pleurer la disparition d'une belle-mère...

    RépondreSupprimer
  13. Toutes mes condoléances. C'est un bien bel hommage, je vous souhaite beaucoup de courage.

    RépondreSupprimer