jeudi 5 mai 2011

Une piquante jouvencelle

Après le paladin et la magicienne, voici un autre membre de notre groupe d'aventuriers rôlistes : la prêtresse.

 
Contrairement à l'autre représentant des forces divines qui cultive sa vertu comme si sa vie en dépendait, cette demoiselle ne manque pas une occasion de lâcher une blague grivoise, et sa technique de soin favorite consiste en une imposition des mains sur le fessier du patient (ou de la patiente, elle n'est pas sectaire). En plein combat, on a rarement l'occasion de se plaindre, et ensuite, trop content d'être en vie, on n'y pense plus.
Et ça se prétend loyal-bon.

3 commentaires:

  1. Pas à ce point, quand même.
    Ses allusions sont à la fois moins systématiques et moins subtiles (sur un ton plus proche de Kaamelott que de Reflets d'Acide).

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est plus une lance, c'est une Hallebarde !

    Mais, comme qui dirait, chacun son point de prédilection pour administrer ses meilleurs soins.

    ;-)
    l'Amibe_R Nard

    RépondreSupprimer