vendredi 15 juillet 2011

Le Trash Pack (Guillaume Suzanne et Zariel)

Oui, je sais que le Trash Pack est épuisé depuis peu et qu'il faut désormais se procurer à l'unité les livres qui le composent. Mais non, j'vous jure, ce n'est pas pour faire bisquer le monde que je le chronique ici.
Il n'empêche que, moi, je l'ai.
Nananère.


Dans le Trash Pack, on retrouve trois livres : deux novellas de Guillaume Suzanne, Les poubelles pleurent aussi et Les poubelles pleurent toujours, ainsi qu'un ouvrage réalisé en collaboration avec l'illustrateur Zariel, Le Guide de la Poubelle galactique.

Soyons clairs : Guillaume Suzanne aurait été biberonné à Douglas Adams depuis son plus jeune âge que ça ne m'étonnerait pas.
Le titre du Guide est un hommage évident, bien entendu, mais au-delà, l'influence du grand Doug se ressent dans l'ensemble du texte. Dans les situations, dans les ambiances, dans une certaine forme d'humour absurde qui n'a, comme le précise l'emballage du pack, rien à voir avec Star Wars.

Les poubelles pleurent aussi :
Les Nods, créatures extraterrestres à trois yeux ne respirant que le liquide qui les a vus naître, se sont installés sur Terre avec leur technologie tellement avancée qu'elle leur a permis de prendre le pouvoir en deux temps trois mouvements. Ils ont ainsi éradiqué la faim, la misère, mais aussi le tabagisme, ce qui leur vaut quelques inimitiés chez les anciens fumeurs. Accessoirement, ils ont remplacé les poubelles par des CoCops, des organismes détritivores spécialisés.
L'héroïne de la novella, Betsy, est ainsi ni plus ni moins qu'une benne à verre. Laquelle assiste de très près à une tentative désespérée des humains pour se débarrasser de leurs envahisseurs.

Les poubelles pleurent toujours :
Après avoir laissé dix ans aux CoDets (anciennement CoCops, désormais dotées de la parole et d'un bonnet sur le couvercle) pour nettoyer les dégâts causés par le dénouement du tome précédent, les Nods sont de retour. Néanmoins, le comité d'accueil n'a pas l'intention de les accueillir en héros, mais plutôt de leur voler leur vaisseau afin de plaider la cause des humains auprès du Conseil pan galactique. Et aussi celle des CoDets, pendant qu'on y est.
Propulsée leader de son peuple, Betsy mène la danse, direction Pyro.

La recette des deux livres est à peu près la même : une vision du futur assez pessimiste, des humains dépeints comme des abrutis finis dépassés en intelligence par leurs propres poubelles et surtout un humour pince-sans-rire composé d'une grosse louche d'absurde et de pas mal de références à la culture geek. On ne rit jamais franchement dans le Trash Pack, mais on a souvent le sourire aux lèvres. Parfois jaune.
Dans l'ensemble, le second tome pousse un peu plus loin le principe du premier. Plus d'aliens. Plus d'angoisse. Plus d'humour. Plus de références (n'est-il pas sous-titré Histoire d'un aller et retour ?) parfois au-delà de l'explicite :
On aurait cru un bain moussant géant, sauf que c'étaient les gens qui faisaient office d'eau, la planète de baignoire, et qu'on se demandait avec frayeur qui allait bien pouvoir débarquer un jour pour y faire ses ablutions...
Il fallait ajouter à ce curieux ballet la singularité des occupants des bulles dont la diversité aurait suffi à peupler dix saisons de Doctor Who².
___

² Et donc pas moins de six changements d'acteur principal.

Bref, un bon gros délire, drôle mais non en fait, enfin si, peut-être, je ne sais pas.
On n'aime jamais lire un livre où tous les humains agissent en idiots, même quand l'auteur prend soin de tuer les plus intelligents afin d'expliquer pourquoi les autres sont aussi débiles. Ça ménage un peu la susceptibilité du lecteur.
Mais on adore Betsy et Boris, et le Réfleur qui emballe même sans boîte bleue. Et aussi les dessins de Zariel dans le petit guide.
Le Trash Pack, ça a un côté "herbe qui fait rire bêtement", mais au moins, c'est de la bonne.


Les poubelles pleurent aussi et Les poubelles pleurent toujours, deux novellas de Guillaume Suzanne
Le Guide de la Poubelle galactique, un album illustré de Guillaume Suzanne et Zariel
Éditions Griffe d'Encre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire