mercredi 17 août 2011

Proverbes I (Anthologie)

Et là, c'est le drame.
Je ne sais plus dans quel carton j'ai caché ma PAL.


Le projet Proverbes court depuis un bout de temps chez Griffe d'Encre. Au menu, choisir un proverbe et l'illustrer au premier, second, voire quarantième degré, dans une nouvelle.
Faute de recueillir assez vite de quoi monter une grosse anthologie (textes satisfaisant à leurs exigences, s'entend), Magali Duez et Michaël Fontayne ont fini par réunir dans un court premier volume les six premières nouvelles qui leur convenaient. D'autres courts ouvrages du même acabit devraient donc suivre, un de ces jours.
Les anthologistes jurent que si les six auteurs de Proverbes I sont des femmes, ce n'est pas fait exprès ; et je pense que l'on peut les croire.

Au sommaire :
  • La Vengeance est un plat qui se mange froid, par Ghislaine Maïmoun
  • Pour vivre heureux, vivons cachés, par Frédérique Lorient
  • L’Habit ne fait pas le moine, par Nathalie Salvi
  • Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, par Laurence Rodriguez
  • On n’est jamais si bien servi que par soi-même, par Véronique Pingault
  • Là où frappe le professeur, une rose fleurit, par Isabelle Guso
Les textes sont inégaux, forcément. Certains prennent le ton du conte quand d'autres s'ancrent dans le réel, certains vont dans le sens du proverbe quand d'autres en démontrent les limites, certains se veulent courts et percutants quand d'autres prennent leur temps.
Mais tous, plus ou moins, frappent là où ça fait mal. Une seule de ces histoires se termine à peu près bien. Quoique. Ça se discute.

Avec l'écrémage opéré par les anthologistes, je n'ai pas été étonnée : les quelques textes choisis sont de bon niveau. J'ai cru aux personnages, adhéré aux situations (sauf peut-être dans la première nouvelle, trop "hors de la réalité" pour moi), bref, tout marche, tout roule, c'est huilé.
Un cas particulier dans l'ouvrage : j'ai eu la nouvelle de Véronique Pingault en bêta-lecture il y a deux ans. Dans cette nouvelle mouture, j'ai retrouvé toute la force du texte d'origine, en mieux. Certaines faiblesses sont gommées, et pas seulement celles que j'avais relevées. Bien joué !
Quant au texte d'Isabelle Guso, j'avoue qu'il m'a donné du mal. La fin se pressent dès le départ, et j'ai parfois lu en diagonale pour atténuer le poids de la marche inéluctable. Le sujet me touchait de trop près : une petite fille blonde et potelée qui défie l'autorité avec un talent certain, ça remue bien des choses.

Au final et malgré un rythme de lecture un peu chahuté par les événements de la vraie vie, on arrive au bout du livre un peu trop vite, avec un sacré sentiment de pas assez.
La suite, vite !

Proverbes I
Une anthologie dirigée par Magali Duez et Michaël Fontayne
Éditions Griffe d'Encre
9 euros

7 commentaires:

  1. Je sais qu'il existe un recueil de nouvelles, dans le même genre, qui utilisât "à gogo", "à tire larigot", "une voix de stentor", et quelques autres.
    Très bien écrit, un peu farfelu, lu il y a une dizaine d'année. Pas d'autres souvenirs.

    RépondreSupprimer
  2. "Les contes de la Saint-Glinglin", de Robert Escarpit ?

    RépondreSupprimer
  3. Ouiii, bien joué !
    J'ai lu aussi cet excellent ouvrage dans ma lointaine jeunesse. Un grand souvenir.

    Mais pour le coup, rien à voir avec cette antho qui ne fait pas dans la fantaisie joyeuse, n'en déplaise au chat de la mère Michel.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour cette chro Oph :)
    La suite est en cours de correction ;)

    RépondreSupprimer
  5. bonjour, pourriez vous m'éclairer sur la signification du proverbe suivant ? "Là où frappe le professeur, une rose fleurit".



    Merci d'avance

    RépondreSupprimer
  6. *Grand merci, Yap, que tes jours soient heureux et que tes nuits soient douces!

    *C'est probablement une métaphore de l'enseignement.

    RépondreSupprimer
  7. Ravie que ça t'ait plu !

    RépondreSupprimer