jeudi 6 octobre 2011

Festival des jeux de mots pourris, la suite

Non, ce n'est pas fin.
Oui, ça continue à me faire rire, un certain temps après les faits.
Non, même pas honte.


Mais c'est vrai qu'il y a de quoi se demander si ça vaut vraiment la peine de sauver les rôlistes.

2 commentaires:

  1. Sauvez un rôliste, préservez l'art du jeu de mot pourris.

    RépondreSupprimer
  2. Hé hé.
    Il faudra toujours sauver les rôlistes.

    RépondreSupprimer