lundi 7 novembre 2011

NaNoWriMo 2011 [1]

Comme chaque année, je garde trois extraits de mon premier jet sur mon profil NaNoWriMo, que je change deux par deux.
Ceux qui disparaissent ? Eh bien, je les archive ici.
Roulez jeunesse !

Laliz Bortéol, seize ans à peine, compensait sa jeunesse par un caractère bien trempé. En l’occurrence, sa sœur avait des comptes à lui rendre et elle ne la laisserait aller nulle part avant de lui avoir dit ce qu’elle en pensait. Elle se planta donc devant Irini, réussissant à la toiser de haut alors que son aînée mesurait une bonne paume de plus qu’elle.
« Je suppose que tu ne m’as pas encore fait faux bond, n’est-ce pas ? C’est en toute bonne foi et en toute innocence que tu as oublié. Est-ce que je me trompe ? »
Sa sœur cligna des yeux et posa son matériel de dessin contre le mur. Des feuilles, témoignages de son escapade du matin, restaient coincées dans ses tresses brunes.
« Oublié ? s’étonna-t-elle. Oublié quoi ?
— Je m’en doutais. Mais où as-tu laissé ta tête, Irini ? Hier soir, tu m’as promis de m’aider à finir ma robe de mariée ! »
La jeune femme joignit les mains, la bouche ouverte sur la foudre qui venait de lui tomber sur la tête.
« Oh, Laliz, je suis désolée ! Je t’aiderai tout à l’heure. Ou demain. C’est promis.
— Mais oui, répondit sa cadette avec une moue incrédule. Ou bien après-demain, ou à la fin du monde, lorsque tu daigneras enfin te souvenir de quelque chose ! Le problème, Irini, c’est que je me marie dans trois décades, et que la date ne peut pas s’adapter à tes petits caprices. Je crois que je vais tout simplement demander l’aide de quelqu’un d’autre. »
La jeune fille se détourna d’un geste emphatique. Sa sœur lui mit précipitamment la main sur l’épaule.
« Écoute, je comprends que les apparences sont contre moi, mais j’ai des soucis de mon côté. »
Laliz leva un sourcil.
« Toi ? Tu ne t’intéresses qu’au dessin et à la peinture, tu négliges ta famille, tu n’entretiens même pas tes sourcils, et tu vas me faire croire que dans ton petit monde, tu arrives malgré tout à avoir des soucis ? »

À peine Pétrine avait-elle ouvert la porte de derrière qu’une détonation l’assourdit. Pendant un court instant, elle crut que la maison s’écroulait sur elle, avant de reconnaître un coup de feu. Après deux décennies d’usage de l’arquebuse, les pluveurs utilisaient depuis presque trois ans des pistolets plus courts et plus pratiques. À ses oreilles, cependant, il semblait que ces nouvelles armes faisaient encore plus de bruit que les précédentes. On avait beau lui jurer le contraire, elle n’en démordait pas.
Une fois remise de sa frayeur, elle ne tarda pas à reconnaître la tête plus claire que les autres.
« Jébert Rorickéon ! » s’exclama-t-elle.
Le garçon se retourna et sourit à sa vue. S’excusant d’un geste auprès de ses aînés, il déposa son arme sur une table. Bienheureuse jeunesse ! Il semblait remarquablement frais pour un homme qui avait veillé une bonne partie de la nuit.
Aux yeux de quiconque connaissait Rorick et Iolanthe, la filiation ne faisait aucun doute. Jébert avait hérité du regard de son père et de ses cheveux blonds, peu courants en Esthuil. De sa mère, il tenait à peu près tout le reste : l’ovale du visage perturbé par un menton un peu fort, le nez à la racine large et au profil étonnamment pointu, la bouche charnue au sourire facile. La vie avait ajouté à ce joli tableau une cicatrice sur la tempe et la pommette gauches, que le jeune homme cachait tant bien que mal en rabattant ses cheveux de ce côté.

3 commentaires:

  1. J'aime bien, ça m'intrigue ! Les sourcils ont l'air d'être très importants chez les filles. ;-)
    Décades ? En portugais, décade c'est décennie, donc je me remets à l'ignorance : c'est un genre de semaine ? De mois ?

    RépondreSupprimer
  2. Le calendrier local est basé sur la semaine révolutionnaire de dix jours. J'ai préféré éviter le terme "semaine" qui évoque nos sept jours, et lui ai préféré "décade" qui signifie dix jours en français.
    Le calendrier de Naheulbeuk utilise aussi des décades.
    Quant aux sourcils, oui, la façon dont ces dames les taillent a une signification. ;-)

    RépondreSupprimer
  3. J'aime bien les noms de tes persos, les sonorités sont très sympa.

    RépondreSupprimer