dimanche 4 mars 2012

L'écriture en 30 questions : 1 & 2

J'ai piqué le questionnaire chez Jo Ann qui l'avait pris chez Kerydwenn, laquelle l'avait trouvé chez Nelja.
Bref.
Questions pour un Écrivaillon... Top, c'est parti !

1- Parle-nous du projet/univers d'écriture sur lequel tu préfères travailler (et pourquoi).
S'il est une constante chez moi, c'est bien l'inconstance. Le projet que je préfère, c'est toujours le dernier ou le prochain. Le travail déjà abattu porte forcément les défauts du réel, alors que ce qui reste à faire semble toujours parfait.
Donc en ce moment, le projet que je préfère, c'est 180, roman de science-fiction en cours d'écriture, avec un système narratif plus ambitieux que d'habitude.
Je garde aussi un sentiment très particulier pour Diane : j'ai l'impression d'avoir sorti mes tripes sur ce roman [*] et ça me fait très mal au cœur de ne pas lui avoir trouvé d'éditeur.

S'il faut parler d'univers, je commencerai par rappeler que je sévis quasi exclusivement dans des genres dits "de l'imaginaire". Mes textes "existent" donc dans d'autres univers que le nôtre, dont (liste non exhaustive) : un de fantasy contemporaine, un de SF contemporaine, un de SF dans le futur et deux de fantasy "classique".
Ces deux derniers sont incompatibles entre eux du fait que la magie n'y fonctionne pas du tout de la même façon. L'un présente une opposition entre une magie "organique" et une magie "onirique" (les personnages n'utilisent pas ces termes, mais ça peut se résumer ainsi), la seconde inhibant la première [**]. Dans l'autre univers, la magie consiste à exploiter l'affaiblissement de la réalité dû à la proximité d'un monde parallèle, et il existe des dizaines de techniques pour y parvenir.
Je crois qu'en ce moment, c'est ce petit dernier, mon chouchou.

2- Combien de personnages as-tu ? Préfères-tu les personnages masculins ou féminins ?
Rien qu'en se limitant aux personnages nommés, ça se compte en centaines. Maintenant, ajoutez les anonymes, passants et autres foules diverses.
Chaque texte apportera son lot de nouveaux, même une nouvelle ne faisant pas intervenir beaucoup de monde. PATA, une nouvelle presque en huis-clos, comprend : une intervenante sur le terrain, deux coordinateurs, une fiancée, un fiancé, une prof d'anglais, deux inconnus et une poignée de fantômes, sans compter les personnages auxquels il est fait allusion sans qu'ils interviennent (un patron, un lord ambitieux, tout ça).
Au début, je recensais les noms. J'ai abandonné en 2008 : trop pharaonique.

Quant au ratio H/F...
Je n'accorde pas forcément une très grande importance au genre lors de la mise en place du casting. Il y a des hommes auxquels je m'identifierai, des femmes auxquelles je ne m'identifierai pas... La question de la préférence ne se pose pas sur ce critère-ci.
En global, j'ai plus de personnages masculins mais plus d'héroïnes. À rapprocher, peut-être, du fait que je suis une femme qui évolue depuis l'adolescence dans un monde plutôt masculin. Allez savoir.

La suite au prochain épisode.


[*] En un sens, pour ceux qui suivent Jo Ann, Diane, c'est un peu mon Élise à moi.
[**] Au grand dam des riverains, puisque la magie onirique ne s'étudie pas comme l'autre, et que ceux qui l'utilisent ont une fâcheuse tendance à présenter des troubles du comportement. Enfin bref.

3 commentaires:

  1. Pas trouvé d'éditeur ? Ou pas encore trouvé d'éditeur ?
    Parfois, j'aimerais ne pas être ruinée pour pouvoir éditer... mais je n'ai pas de sous, hélas...

    (Et je vais me permettre de reprendre les questions)

    RépondreSupprimer
  2. J'espère de tout mon cœur que c'est du "pas encore". Merci pour ton soutien. <3

    RépondreSupprimer
  3. J'ai manqué pleeeein de choses sur ton blog... Je vais me pendre ! Non, plutôt essayer de me trouver du temps pour rattraper tout ça.

    "Le projet que je préfère, c'est toujours le dernier ou le prochain."
    Pareil !

    RépondreSupprimer