samedi 14 avril 2012

Flagrant délit de décontamination

Amies facebookées, si vous n'avez pas de logiciel qui bloque les pubs ou que vous ne l'avez pas configuré comme il faut (voire, comme moi, que vous êtes assez folles pour vous intéresser, d'un point de vue sociologique, aux pubs dites "ciblées"), vous avez peut-être remarqué un truc.
Je ne parle pas de la profusion de réclames pour des chaussures, dont le ciblage se limite à viser les profils explicitement féminins. Testé pour vous : je n'avais pas précisé si j'étais un garçon ou une fille à l'origine. Bizarrement, le jour même où j'ai renseigné la zone à la demande de ma soeur traumatisée par la mention "frère" sous ma caboche, j'ai vu fleurir les sandales et les escarpins.

Non, le cas qui m'intéresse est beaucoup plus con, et basé sur une image qui m'attire l'oeil bien plus sûrement que n'importe quelle paire de Louboutin :


À première vue, rien à redire.
Si ce n'est que jusqu'à la semaine dernière, cette pub ressemblait à ça, et je vous jure que la capture d'écran n'est pas truquée :


À ce niveau de polonium dans le titre, on frisait la dose mortelle ! Gageons que le recours à une traduction de meilleure qualité s'est décidé en urgence pour raisons sanitaires.

1 commentaire:

  1. Excellent ! Je me demande si cela devait être "brave homme" ou "faire baver votre homme"...

    RépondreSupprimer