mercredi 11 avril 2012

L'écriture en 30 questions : 17 & 18

17- Parmi tes protagonistes (héros), quel est ton préféré et pourquoi ?
Possiblement Nolwenn Vautier. Ça s'est joué entre plusieurs, parce que j'aime d'amour tendre la plupart de mes personnages.

Crobard préparatoire lors de la création de No, avec beaucoup trop de cheveux

Son concept de base était "une tête de pioche capable de résister au charme d'un Jack Harkness".
Pourquoi aller chercher dans sa caractérisation une référence au Captain Jack du Whoniverse ? Parce qu'elle occupe une fonction similaire de chef d'équipe dans une unité qui gère, entre autres, des manifestations extraterrestres.
Un peu de brainstorming plus tard, on obtient une femme déterminée, qui ne s'embarrasse pas de politesse pour remplir ses missions, et dont, à première vue, l'unique point de faiblesse réside dans le béguin qu'elle ressent pour un de ses subordonnés (lequel est du genre à emballer tout le monde, à son corps défendant parfois).

Voici ce qu'en pense une de ses collaboratrices (attention premier jet) :
Beaucoup de politesse, et un peu de charme au besoin. Cette méthode a toujours fonctionné pour Laetitia. À l’inverse, la manie qu’a Nolwenn de mettre les pieds dans le plat et de se comporter partout comme en terrain conquis l’a choquée dès leur première rencontre, et la fait encore tiquer à l’occasion. Néanmoins, à chacune sa sensibilité : le plus important est d’arriver à ses fins.
Pourquoi est-ce que j'aime No en particulier, alors que des bosseuses-fonceuses-teigneuses, j'en ai plein mes cartons ?
Parce qu'elle est bien plus que cela. Son attitude hautaine cache un conflit intérieur de calibre galactique, avec dilemmes variés à surmonter au quotidien. Malgré cela, elle garde le moral. No est beaucoup plus positive qu'elle n'en a l'air avec ses réparties cassantes, et ça, ça me plaît.

18- Parmi tes antagonistes (méchants), quel est ton préféré et pourquoi ?
Célia de Rannetaud, sans hésiter !
Sans doute parce que je l'ai traitée comme un personnage principal (ce qu'elle est, malgré son opposition évidente avec le héros), et que le contraste entre son caractère un peu extrême et l'inoxydable gentillesse d'Axel ferait presque de l'ombre au malheureux.
Célia a le focus dès le premier chapitre, et si j'ai bien géré le truc, on doit comprendre qu'elle n'est pas vraiment méchante. Ce qui ne l'empêche pas de faire preuve d'arrogance, de violence, de jusqu'auboutisme forcené, et de me faire rire quand je relis ses passages les plus chargés en chacalitude.
Et puis, juste pour le plaisir, j'ai ajouté une bonne dose de Foe Yay entre elle et Axel, bien que ce dernier, trop amoureux d'une autre, ne s'en rende jamais compte.

En action (attention premier jet bis) :
— Je suis sûre que c’est un coup des Canistel. On va trouver un coin tranquille et cuisiner cet idiot.
— Tu crois vraiment qu’il est au courant de quelque chose ?
— Pas sûr. Mais au pire, il m’a énervée. Il paiera au moins pour ça.

Ce qui différencie Célia de Nolwenn, ce qui fait que l'une est une "méchante" et l'autre une "gentille", tient moins à leurs caractères respectifs [*] qu'aux ressorts narratifs. Célia pourrait tout à fait devenir l'héroïne d'une autre histoire. De même, on peut imaginer une aventure dont les héros s'opposeraient à Nolwenn.
L'écart entre les héros et leurs ennemis est mince comme la plaque en bronze de Mad Max ou le badge en cuivre de Samuel Vimaire.

[*] À D&D, sans hésiter, les deux sont d'alignement "loyal neutre".

2 commentaires:

  1. J'ai toujours pensé que d'une certaine façon, lorsqu'ils ne sont pas manichéens, le fait que les personnages soient gentils / méchants est uniquement un point de vue (dans quel camp on est, de quel côté on se place).
    ^^

    En tout cas, ces 2 femmes-là, Nolwenn comme Célia, devraient me plaire !

    RépondreSupprimer