vendredi 11 mai 2012

Bilan apeupréhistique d'activité littéraire (ou pseudolittéraire, c'est vous qui voyez)

Je ne me livre pas aux bilans très souvent parce qu'il y a des pages pour ça :
Dans "Ma vie, mon oeuvre", je mets à jour ce que je suis en train d'écrire, de corriger...
Dans "Agenda", j'annonce mes déplacements à venir.
Pour autant, puisqu'on ne va pas forcer le monde entier à passer tous les jours dans ces deux pages pour vérifier si quelque chose y a bougé, le bilan s'impose, une fois de temps en temps.

Attention, c'est parti ! Oph en mode auteur, ça donne quoi en ce moment ?

Dédicaces et autres rencontres
Demain 12 mai, je suis toute la journée aux Futuriales d'Aulnay-sous-Bois. C'est mon dernier salon prévu jusqu'à nouvel ordre (même si j'ai bien l'intention de reprendre un stand pour l'Armoire aux Épices lors de la prochaine Rentrée des Petits Éditeurs).
En librairie, j'ai une dédicace planifiée le 22 septembre à l'Antre-Monde (Paris).
Je tente actuellement de goupiller aussi une descente à Lyon dans un délai raisonnable.

Sorties
Avant la fin du mois de mai, ma nouvelle Vers le crépuscule devrait paraître sous forme numérique, gratuite et illustrée. On en reparle dès que ça bouge, ce qui ne saurait tarder.
J'ai d'autres nouvelles en attente de parution, dont une dans le volume 2 des Ghost Stories chez Asgard, mais les plannings n'étant pas fixés, je préfère ne pas m'avancer sur quoi que ce soit qui ressemble à une date.

Recherches d'éditeurs
Je viens d'envoyer une nouvelle à un appel à textes. Ça faisait longtemps !
En outre, j'ai toujours deux romans qui cherchent une maison aimante pour devenir de vrais livres.

Diane, d'abord, reparti sous une nouvelle forme deux ans après la première salve d'envois et dont je remets le pitch ici :
Apparus au début des années 1970, les mages sont aussi rares que redoutés. Moins ils se mêlent aux autres, mieux ceux-ci tolèrent leur existence.
Diane Adam ne faisait pas exception jusqu’à ce qu’une rencontre orageuse avec un mage la fasse basculer de l’autre côté de la ligne. Du jour au lendemain, la voilà embarquée dans un monde dont elle ne voulait rien savoir, obligée de réorganiser sa vie et d’encaisser les réactions plus ou moins méfiantes de son entourage.
Mais le regard des autres n’est que le début des problèmes de Diane : le véritable danger se cache au fond d’elle, attendant son heure.
Et puis un diptyque de fantasy intitulé Enfants des Transparences (EdT pour faire court), dont le premier tome, Fille des deux rives (FD2R pour faire court), est parti en prospection. Pareil, une petite accroche pour cerner le sujet :
Condamnée à l'excellence par son statut d'enfant illégitime, Bodmaëlle Galliep est une jeune exorciste aussi douée que fervente. Sa réussite au sein du clergé lui vaut les honneurs d'un voyage diplomatique.
Hélas, celui-ci vire au cauchemar lorsqu'on détecte chez elle tous les signes d'une pratique interdite par sa religion : le commerce avec l'alter-monde, l'autre réalité. Accusée d'hérésie, Bodmaëlle doit remuer les ombres de son passé pour prouver son innocence, entraînant dans sa quête le plus improbable des alliés.
Tout ça n'est pas tout à fait aussi léger que mes Gigahertz, mais ceux qui lisent mes nouvelles savent que je ne fais pas toujours dans le rigolo.

Armoire aux Épices
Je participe aux travaux de construction du numéro 16 de notre fanzine Piments & Muscade, intitulé Plein Soleil. Ce numéro d'été ne contiendra aucun texte de ma plume, mais je m'occupe d'une partie des directions/corrections et je devrais signer au moins une illustration.
En outre, je travaille en sous-main à la rédaction d'un mini-recueil de poèmes au format numérique. Celui-ci devrait être le second opus d'une collection inaugurée par notre amie Vanessa Terral.

Sur la table de travail
Mon bordélisme légendaire aidant, j'ai plein de textes pas finis, voire ni faits ni à faire, qui traînent un peu partout. Voici donc mon planning dans l'ordre (romans uniquement) :
1-
Finir d'écrire le premier jet de Fils du miroir (FDM pour faire court), le tome 2 d'EdT. J'ai enfin atteint les derniers chapitres après avoir longtemps traîné dans le "pot au noir" des deux-tiers/trois-quarts, ce qui a redonné un coup de boost à ma productivité. Il serait temps que j'arrive au bout : c'est mon NaNo de novembre dernier, quand même.
2-
M'atteler plus sérieusement à la relecture de LODA, un court roman avec de vrais morceaux de loups-garous, afin de produire au plus vite une version alpha à coller sous les yeux de mon lambda-lecteur.
3-
Si on n'est pas encore en novembre d'ici là, reprendre le premier jet de 180, roman de SF à distorsion temporelle où deux trames que cinq siècles séparent interagissent plus qu'il n'y paraît. Sinon, le reprendre après novembre.
4-
Du 1er au 30 novembre, NaNoWriMo comme tous les ans. Le NaNo de cette année s'inscrira dans le même monde que les Gigahertz. Les fans de Milo Tikosh devraient être ravis d'y retrouver leur chouchou aux prises avec une ennemie qui a pile-poil le bon profil pour lui donner du fil à retordre.

On intercale là-dedans du travail sur au moins deux nouvelles, voire sur trois si tout va bien, sans compter les directions littéraires liées à des publications.

À part ça, oui, j'ai le temps de dormir.

2 commentaires:

  1. Une descente à Lyon ? J'approuve totalement.

    C'est en tout cas un planning chargé mais bien alléchant.

    RépondreSupprimer
  2. Si tu descends dans la capitale des Gaules avant aout, n'oublie pas de prévenir. Après, il faudra que j'attende que tu es ton stand aux Utopiales pour te voir.

    RépondreSupprimer