samedi 5 mai 2012

Le Train de la Réalité (Roland C. Wagner)

Paie ta couverture qui fait mal aux yeux ! Tout en rédigeant ce compte-rendu de lecture, j'évite de trop regarder le livre posé à côté de moi, de peur d'intensifier un mal de tête naissant.
Avec une illustration pareille, j'aurais laissé Le Train de la Réalité (et les morts du Général) sur son étagère s'il ne s'était agi du petit frère de Rêves de Gloire. Heureusement, je l'ai pris. Et lu. Sinon je ne serais pas là, ou alors pas en train d'en raconter ma lecture.
Euh...
(signe en régie : "embraye, vite !")


Avant de passer à la suite, je vous rappelle que si vous êtes français et que vous lisez ceci avant le 6 mai 2012 à 20h, vous avez un devoir de citoyen à accomplir. Merci.

Rêves de Gloire entremêlait plusieurs récits pour raconter l'avant, l'après et le pendant d'une même histoire : celle de la nuit où l'Algérois resté français était devenu indépendant, dans un monde alternatif présentant de nombreuses divergences avec le nôtre (entre autres joyeusetés, Charles De Gaulle assassiné en 1960, Johnny Hallyday mort en 1962 dans un attentat ou encore Albert Camus vivant jusqu'à un âge avancé).


Le Train, lui, se compose en alternance de courtes nouvelles centrées sur la mort du Général et de récits indépendants.
Ces textes dépourvus de titres se veulent des témoignages anonymes de petites histoires extraordinaires.

Côté "morts du Général", on assiste à un phénomène rare : là où l'uchronie nous présente un monde que la divergence historique a rendu nettement différent, ces différentes versions de l'attentat de la Croix de Berny constituent une convergence historique. On n'a jamais su qui avait assassiné De Gaulle parce que des dizaines de personnes revendiquent le crime de façon plus ou moins crédible. Un des personnages avance l'hypothèse que toutes l'ont bel et bien commis, dans un continuum quelconque. Dans tous les cas, le résultat est le même : le monde de Rêves de Gloire avec sa France basculant dans la dictature militaire et son Algérois en forme de crotte de mouche pacifiste dans la mire des puissances mondiales.
Ce même personnage envisage, dans ses rêves les plus fous, l'existence d'un monde où le même De Gaulle échappe à la tentative d'assassinat.

Côté "train de la réalité", on rejoint un concept déjà abordé dans Rêves de Gloire, l'idée d'un niveau de conscience atteint seulement par la consommation de Gloire et qui permet d'appréhender la réalité avec plus d'acuité une fois redescendu de son trip. Il n'existe aucun fil conducteur entre les récits, que j'ai un peu de mal à qualifier de "nouvelles" parce que la plupart d'entre eux n'en ont pas vraiment la structure.
Cette partie-là va du plus classique (souvenirs d'un espion ou pourquoi Albert Camus ne s'est pas encastré dans un arbre avec Michel Gallimard) au plus expérimental (ravages de la drogue dans un cerveau déjà fragile, le tout raconté dans le désordre par le principal intéressé). Par conséquent, je n'ai pas réussi à entrer dans tous les textes.
Néanmoins, on croise brièvement Boris Vian, un peu plus Jean-Sol Partre Jean-Paul Sartre, on suit le parcours des fameux rockeurs qui avaient participé à l'été insensé avec Tim et les premiers vautriens... De quoi élargir l'horizon déjà bien vaste de Rêves de Gloire.

L'un dans l'autre, une courte mort, un récit plus long, on prend les mêmes et on recommence... C'est du bon Roland C. Wagner. Peut-être moins indispensable que son grand frère, et surtout, difficile à appréhender, j'imagine, sans avoir au préalable lu celui-ci.


Le Train de la Réalité (et les morts du Général)
Un recueil de Roland C. Wagner
Éditions l'Atalante
12,50 euros

6 commentaires:

  1. "dans un monde alternatif"
    "Johnny Hallyday mort en 1962"
    "Albert Camus vivant jusqu'à un âge avancé"
    Une utopie, ça s'appelle.

    Le livre a l'air bien. J'y penserai, à l'occasion.

    RépondreSupprimer
  2. Un monde sans Johnny et ou le groupe "Variations" (du super son des 70's Français que je vous invite à découvrir) aurait percé, une certaine idée du rêve.

    RépondreSupprimer
  3. "Avant de passer à la suite, je vous rappelle que si vous êtes français et que vous lisez ceci avant le 6 mai 2012 à 20h, vous avez un devoir de citoyen à accomplir."

    Attention, blog interdit aux mineurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu connais beaucoup de mineurs susceptibles de s'intéresser à mon blog ? ;-)

      Supprimer
  4. Poussin et Poussinette, pour savoir ce que tu dis d'eux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils pourraient. En pratique, l'historique internet de Poussin se limite à la recherche "jeux de destruction" et Poussinette est un peu trop petite pour lire ce que je dis d'elle.

      Supprimer