vendredi 29 juin 2012

Ghost Stories I (anthologie)

Au moment où Asgard s'est lancé, Peggy Van Peteghem et Thomas Riquet ont fait le tour des auteurs qu'ils connaissaient pour monter une anthologie sur les fantômes, sur le modèle de l'appel à textes "entrouvert" : les sollicités du premier rang pouvaient éventuellement passer le mot à une personne de confiance.
Ni une ni deux, c'est comme ça, par l'intermédiaire de Thomas Bauduret, que je me suis retrouvée à :
1- savoir qu'Asgard se montait.
2- faire la connaissance de Thomas Riquet.
3- proposer une nouvelle.
4- me retrouver embarquée dans l'aventure Ghost Stories.

Puisque je serai du second opus, avant même d'avoir travaillé avec mes anthologistes, j'ai pu lire le premier ouvrage et me faire un avis sur l'ensemble dans lequel mon texte est appelé à s'insérer.



Ghost Stories I, c'est :
  • Une préface de Jérôme Noirez expliquant que l'absence du fantôme effraie autant sinon plus que sa présence.
  • Dix-sept nouvelles.
  • Des micronouvelles de Jacques Fuentealba.
  • Un petit texte de présentation de Ghost Stories II par les anthologistes.
Le tout dans un bel objet en beau papier bien lourd, comme d'habitude chez Asgard.

Tour d'horizon des nouvelles, chacune explorant un univers différent :
  1. David Bry transporte avec humour la télé-réalité dans l'au-delà.
  2. Vincent Mondiot évoque les retrouvailles entre trois jeunes victimes d'un accident.
  3. Rémy Guyard bâtit une légende de pirates de l'espace et de vaisseaux fantômes.
  4. Céline Guillaume fait dans le classique avec un conte médiéval.
  5. Claude Bolduc instille l'étrange dans le quotidien avec un je-ne-sais-quoi de Maupassant.
  6. Antoine Lencou va chercher son esprit dans la machine, dans l'esprit d'Oshii plus que de Shirow.
  7. Élodie Meste réinvente joliment la légende de la dame blanche.
  8. Nathalie Dau développe le thème de l'innocence bafouée qui lui tient à cœur.
  9. Gudule gratifie un écrivain raté d'une étrange inspiration, avec son habituel humour féroce.
  10. Anthony Boulanger revisite la mythologie scandinave.
  11. Christian Vilà dévoile les secrets d'une princesse byzantine au thésard qui étudie son histoire.
  12. Jess Kaan confronte deux personnalités mal assorties dans un monde post-apocalyptique.
  13. Guillaume Appy et Florian Deconinck nous emmènent en montagne à la rencontre des victimes d'une tragédie.
  14. Julien d'Hem enferme son héroïne dans une maison hantée à côté de laquelle la Chambre 1408 est une petite joueuse.
  15. Vanessa Terral appelle la mémoire des chats dans le cadre confiné d'un vaisseau spatial.
  16. Jeanne-A Debats livre un nouveau chapitre de ses Royaumes, toujours aussi savoureux.
  17. Lionel Davoust nous rappelle, par des moyens angoissants et détournés, l'importance du recyclage et des souvenirs d'enfance.

Et voilà. Dans l'ensemble, c'est plutôt bon, voire très bon selon les textes, enfin vous connaissez le principe : on a toujours ses chouchous.

Ghost Stories I est-il une bonne anthologie ? Oui, sans aucun doute. Mangez-en !
Après cette première partie "du crépuscule à minuit", on peut supposer que le second opus nous emmènera "de minuit à l'aube". J'ai hâte de découvrir les textes de mes petits camarades. Le mien, je le connais déjà. D'après les anthologistes, il fait trembler, mais moi, je ne le trouve pas si effrayant... Enfin, vous verrez.


Ghost Stories I, du crépuscule à minuit
anthologie dirigée par Peggy Van Peteghem et Thomas Riquet
Éditions Asgard, collection Reflets d'Ailleurs
19 euros

3 commentaires:

  1. Ta note me fout un peu le cafard.

    Je savais déjà que je ne faisais pas partie du cercle des VIP invités de manière systématique au sommaire de toutes les anthos de SFFF. Mais là je me rends compte que je n'appartiens pas non plus au deuxième cercle, celui des potes de VIP ponctuellement appelés en renfort. VDM.

    (Question subsidiaire: il y a des trucs particuliers à faire pour entrer dans ce deuxième cercle, du genre être sociable?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais toi, tu désqueeles tout ce qui possède un squeele sur les AT ouverts, d'abord. :-)

      Lapalissade du jour : un anthologiste sollicitera plus facilement un auteur qu'il connaît en personne qu'un autre qu'il ne connaît pas du tout.
      Tu avais vachement besoin de moi pour t'en douter, avoue...

      Après, je ne sais pas comment ça se passe dans les AT fermés en général, mais là, il y a eu une sélection. Comme quoi, le social, ça ne fait pas tout non plus.

      Supprimer
  2. Le problème est que j'ai de plus en plus de mal à désqueeler quoi que ce soit, vu que les AT ouverts intéressants ont quasi disparu de la surface de la Terre, justement parce qu'il est plus facile de monter une antho en faisant appel à une dizaine de gens de confiance plutôt que s'enquiller 150 textes d'inconnus, pour la plupart écrits avec le gros orteil. Mais à titre personnel, cela a tendance à me rappeler la noire période allant grosso modo de la maternelle au lycée quand, pourtant pas plus mauvais que les autres, je me voyais automatiquement laissé de côté à chaque constitution d'équipe...

    Ce qui n'enlève rien au mérite des gens publiés dans cette antho "Ghost Stories", puisque j'ai bien compris qu'il y a une sélection un peu plus sérieuse que "c'est un pote, on prend". C'est juste regrettable pour ceux à qui, aujourd'hui, on ne laisse même plus la possibilité de faire leurs preuves.

    RépondreSupprimer