jeudi 19 juillet 2012

Écriture, un ch'tiot bilan d'été

J'écris, donc je suis.
Euh, non, en fait. Mais j'ai envie d'écrire, donc j'écris. C'est très différent.
Nous sommes le 19 juillet et je m'étais bâti au printemps un planning qui carburait.

En effet, en mai, côté romans, j'annonçais vouloir :
1-
Finir d'écrire le premier jet de Fils du miroir (FDM pour faire court), le tome 2 d'EdT. J'ai enfin atteint les derniers chapitres après avoir longtemps traîné dans le "pot au noir" des deux-tiers/trois-quarts, ce qui a redonné un coup de boost à ma productivité. Il serait temps que j'arrive au bout : c'est mon NaNo de novembre dernier, quand même.
2-
M'atteler plus sérieusement à la relecture de LODA, un court roman avec de vrais morceaux de loups-garous, afin de produire au plus vite une version alpha à coller sous les yeux de mon lambda-lecteur.
3-
Si on n'est pas encore en novembre d'ici là, reprendre le premier jet de 180, roman de SF à distorsion temporelle où deux trames que cinq siècles séparent interagissent plus qu'il n'y paraît. Sinon, le reprendre après novembre.
4-
Du 1er au 30 novembre, NaNoWriMo comme tous les ans. Le NaNo de cette année s'inscrira dans le même monde que les Gigahertz. Les fans de Milo Tikosh devraient être ravis d'y retrouver leur chouchou aux prises avec une ennemie qui a pile-poil le bon profil pour lui donner du fil à retordre.
Et en juin, côté nouvelles, je comptais :
  1. Écrire, faire relire, corriger et envoyer la nouvelle nom de code Ice.
  2. Voir si vraiment je peux sauver RM, qui souffre de gros défauts de conception. Si oui, m'atteler au ravalement. Sinon, la jeter au tiroir des innommables.
  3. Reprendre et remettre au goût du jour la nouvelle de fantasy nom de code MB, située dans le même univers que FD2R et FDM mais une bonne trentaine d'années plus tôt.
  4. Écrire une nouvelle de science-fiction, nom de code prévisionnel "A3".
Je me suis plutôt bien tenue à ce planning puisqu'à la date d'aujourd'hui, j'ai :
  • terminé et envoyé MB et Ice.
  • mis RM au placard pour une durée indéterminée.
  • achevé le premier jet de FDM.
  • avancé aux trois quarts dans la première relecture-correction intégrale de LODA.
Puisqu'il n'y a pas d'urgence concernant la nouvelle nom de code A3, je pense placer sa rédaction après celle d'au moins une nouvelle, sinon de trois, destinées à prendre place dans... un projet de recueil. Rien que ça.
Enfin, c'est une idée qui commence tout juste à se développer, donc j'en reparlerai quand j'aurai un peu mieux conceptualisé le machin.

Mon nouveau planning, dès que j'aurai fini l'alpha-isation de LODA, comportera donc, dans l'ordre, les points suivants :
  1. Avancer le premier jet de 180 jusqu'à la fin septembre, et travailler en parallèle la préprod des nouvelles pour le recueil.
  2. En octobre, sans m'interdire de travailler sur des nouvelles, mettre 180 en stand-by pour planifier sérieusement GHz² (qui aura un titre définitif garanti sans gigahertz, c'est promis).
  3. En novembre, donner tout ce que j'ai sur le premier jet de GHz². Ne rien lâcher tant que je ne l'ai pas fini, même s'il faut déborder sur décembre.
  4. Ensuite, me consacrer à A3.
  5. Tâcher de venir à bout du premier jet de 180.
  6. Finaliser tout ce qui concerne le recueil afin de le soumettre à des bêta-lecteurs.
On reconnaît là-dedans mon besoin fondamental de sauter d'un truc à l'autre, sous peine de m'essouffler et d'en arriver à détester mes textes.
Néanmoins, je ne suivrai pas mon plan à la lettre. Je ne l'ai jamais pu.
Dans ce planning s'invitera du retravail sur d'autres textes, au moins sur LODA, possiblement sur FDM (et j'ai un sacré boulot de ravalement en prévision sur ce dernier). Le tout sans compter les nouvelles idées, voire, rêvons un peu, des corrections éditoriales... Qui sait ?

2 commentaires:

  1. Qu'est-ce que tu es productive ! Je me demande comment tu arrives à tenir un tel rythme avec la vraie vie à côté ! =O
    Chapeau l'artiste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En pratique, ça revient à écrire 2000 à 3000 signes par jour. Je me ménage juste une petite heure pour (pause déjeuner + un peu le soir). Après, bon, il faut une capacité à basculer dans son univers d'écriture rapidement, mais ça, je l'ai.
      La plupart de mes camarades auteurs sont bien plus productifs que ça !

      Supprimer