lundi 17 septembre 2012

Freeze! On fait le bilan.

Hop, je ne bouge plus.
Encore un chapitre de 180 écrit... Je me pose là pour l'instant, j'y reviendrai au plus tôt en décembre (pauvre projet 180 qui se retrouve tout le temps coupé par d'autres trucs).
En fin de compte, les premiers mots ne sont pas ceux que j'avais mis en ligne il y a quelques semaines. J'ai ajouté un zigouigoui en début de premier chapitre, qui tiendra lieu de prologue, en quelque sorte.

Attention premier jet, si ça pique les yeux, c'est normal :
Le nez levé vers le ciel, l’adolescent regarda s’estomper le tremblotement de l’air. Là où, un instant auparavant, avait plané une silhouette immense mais plus transparente que du verre et indécelable par un œil distrait, ne se trouvait plus qu’un camaïeu de gris. Des nuages fort ordinaires, un retour à la normale après les incroyables rencontres de ces dernières semaines. Les étrangers étaient partis.
Le garçon joignit les mains et s’en remit à Dieu : il avait aidé deux dames aux trop grands yeux en échange d’une promesse. L’avaient-elles tenue ? Que deviendrait-il si ce n’était pas le cas ?
Un mouvement du côté de la vieille grange attira son attention. Une femme en cheveux, vêtue d’une longue chemise bleu pâle aux manches resserrées vers les poignets, approchait de la ferme à pas lents, en suivant la barrière des moutons. Il lui fallut un instant pour la reconnaître.
« Marie ! » s’exclama-t-il en courant déjà à sa rencontre, toute inquiétude envolée.
La jeune fille lui rendit son sourire. Le cauchemar était terminé.

Non, ça n'est pas totalement déconnecté du reste. On retrouve ce garçon plus tard, ou plus tôt, je ne sais plus.
J'ai donc bouclé 13 chapitres arabes et 8 romains (ainsi dénommés d'après leur système de numérotation). Restent 6 romains et 1 arabe, sachant que les romains sont un peu plus courts.

Je pensais m'attaquer à plein temps à la préparation de GHz², mais en fait, je vais commencer par écrire une nouvelle que je dois rendre vite. Donc à partir de demain, à fond, à fond, à fond, en espérant ne pas finir dans le gravier.
Il sera question du mythique cimetière parisien des Innocents, et la nouvelle aura un peu le BD Trash Spirit. Avis aux bêta-lecteurs potentiels.

2 commentaires:

  1. Je crois que c'est la première fois que je vois l'expression "Une femme en cheveux" en dehors d'une phrase comme ""Une femme en cheveux" est une expression étrange". Ça s'utilise encore, vraiment ?

    RépondreSupprimer
  2. Non, l'expression ne s'utilise plus.
    Archaïsme assumé permettant de comprendre sans en faire des caisses que ce passage a lieu à une époque où ça se disait.

    RépondreSupprimer