jeudi 22 novembre 2012

NaNo 2012 : où l'on s'apprête à plonger

Ne pas revenir sur ce premier jet moche, ne pas revenir dessus tout de suite... Gniii !

Extrait du chapitre 9 : 
Elle repéra aussitôt le lieutenant Tikosh assis sur un lit, accompagné d’une idocéenne allongée sur le côté, les pieds contre le mur et la tête sur ses genoux. Il salua la nouvelle arrivée à voix basse, sans pour autant retirer sa main posée dans les cheveux de la jeune fille. Tous deux étaient habillés, c’était déjà ça : la silhouette de Zack venait de se profiler dans le dos d’Artemisia et elle préférait qu’il ne voit pas certaines choses. Il n’avait pourtant rien à faire là… Elle le regarda par-dessus son épaule à la recherche d’une explication.
— Vous m’avez dit de ne pas m’éloigner, s’excusa-t-il dans un souffle.
L’argument était imparable. Elle fit un effort pour se redresser et se montrer formelle avec son ami :
— Est-ce que tout s’est bien passé, lieutenant ?
— Parfaitement, capitaine. Injlmaari et moi avons discuté des mérites respectifs du fait d’avoir, soit des mains en plus, soit plus de doigts par main.
— Et alors ? demanda Zack.
— Les deux configurations ont leurs avantages.
Milo Tikosh sourit, puis se pencha vers la tête endormie sur ses genoux.
— Injlmaari ! appela-t-il. C’est l’heure !
— Mmmh… déjà ?
La jeune fille se retourna et commença à frotter sa joue contre le ventre du lieutenant. Il fallut un raclement de gorge appuyé pour lui faire remarquer que la porte était ouverte et que deux témoins ne perdaient pas une miette du spectacle.

Extrait du chapitre 10 :
— Attends ! s’exclama Milo Tikosh. Est-ce que tu es sûre de vouloir te jeter dans la gueule du loup comme ça ? Nous n’avons aucun moyen de communiquer avec le Jourdan, aucune certitude que la manœuvre ne nous enverra pas par le fond, et même si nous parvenions à quelque chose, tu es ce que nous avons de plus proche d’un médecin ! Ce serait plus sûr d’envoyer chercher un vrai toubib avant de te lancer, non ?
Bien sûr, il était la voix de la raison. Intéressante inversion des rôles quand on connaissait leurs caractères respectifs. Pourtant, malgré son bon sens qui lui criait qu’il fallait l’écouter, Artemisia estima que les membres de la mission Grigri avaient déjà trop attendu les secours. En presque cinq jours, elle préférait ne pas imaginer ce qu’il était advenu d’eux.
— C’est risqué, mais ça se tente, dit-elle en évitant soigneusement de croiser les regards de son équipe.
La destination mise en évidence par l’encoche la plus profonde était forcément celle qui servait le plus. Elle appuya sur l’écran au niveau du pavé de texte concerné.
Rien ne se produisit.
— En fait, intervint l’idocéen, la sélection se fait par la petite manette située juste ici.
Il passa devant le capitaine et déplaça une sorte de minuscule levier de vitesse placé juste à côté de l’écran. Aussitôt, une petite secousse ébranla l’engin, un début de ronronnement se fit entendre… et une alarme stridente cria trois fois avant que le bruit ne cesse. La mise en route avait échoué.
— Alors ça, reprit le jeune homme, je crois bien que c’est l’alarme qui se déclenche quand on a oublié de fermer l’écoutille.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire