jeudi 31 janvier 2013

Nino de la table de travail

Et hop !
Un premier jet fini pour une nouvelle qui, non seulement s'inscrit dans le même monde que L'Ouroboros d'argent, mais se passe aussi à la même période (octobre 2011).
Juste pour le plaisir, Nino l'Esquisseur se veut aussi un hommage à Laurent Gidon. Je me suis amusée à faire ressembler (un peu) mon héros adolescent à son Djeeb, parce que j'en avais envie et que selon ma vision de l'écriture, c'est la meilleure justification du monde.

Les premières lignes :

Le porte-mine s’immobilisa sur le papier au bout d’une courbe délicate. Nino lança un nouveau coup d’œil vers la créature posée sur une feuille à trois mètres devant lui, semblable à une fleur palpitante dont les longs pétales jaune pâle ondoyaient au soleil. Encore une ou deux minutes et il aurait capturé son image. Une fée de plus pour les archives.
Version alpha sans doute d'ici deux-trois semaines. Bêta-lectures probables. À suivre.

3 commentaires:

  1. Jolie première phrase.

    Deuxième phrase trop longue, avec ambiguïté sur le semblable.

    Intéressante suite :-)
    l'Amibe_R Nard

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour l'hommage, et tant pis pour les phrases longues. Il faut du poumon pour écrire et pour lire. Tiens, si j'osais, je te paraphraserais pour montrer que Djeeb aurait fait bien pire.
    D'ailleurs, j'ose :
    "Il naissait déjà quelque chose d'étrange et d'envoûtant entre le porte-mine et le papier lorsque celui-ci s’immobilisa sur celui-là au débouché d’une courbe délicate. Courbe, bien sûr, demeurait un terme bien faible pour décrire le trait sûr de l'Esquisseur qui capturait l'essence graphique de la créature posée sur une feuille, quelque trois mètres devant lui. Mais Nino tenait à cette modestie. Il lança un nouveau coup d’œil vers ce qui lui semblait s'incarner en une fleur palpitante dont les longs pétales jaune pâle ondoyaient au soleil. Oui, le papier devait vibrer de cette vie même, dut-il y précipiter tous ses talents. Encore une ou deux minutes d'un zèle acharné et il en aurait achevé le croquis. Une fée de plus pour les archives."
    Voilà, vous pouvez reprendre votre souffle... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nino a quinze ans. Il ne faut pas trop lui demander d'aisance à la plume, à part pour dessiner.
      Merci, Laurent. ^^

      Supprimer