vendredi 5 avril 2013

E comme... Ewan McGregor

Avec le printemps vient une envie de me défouler, de raconter des choses sans queue ni tête...
Bref, dans le cadre des "Trucs à la con du vendredi", je lance une sorte d'abécédaire absurde, au cours duquel il n'y aura rien d'intelligent à attendre de ma part (*).

Aujourd'hui, donc, l'inspiration vient de Sybille Marchetto, qui a mentionné mardi sur les réseaux sociaux "une dédicace d'Obi-Wan Kenobi".

Sir Alec Guinness étant décédé depuis bien des années, le seul qui pourrait se coller à un tel exercice, c'est Ewan McGregor.
Ewan McGregor ? C'te lâcheur !
Parce que ses grands yeux de myope avaient tapé dans les miens malgré l'environnement crapoteux de Trainspotting, quand j'ai su qu'il tenait le rôle principal d'un film présenté au festival de Cannes en 1997, j'ai usé d'expédients inavouables pour obtenir deux places pour la projection officielle. Une pour moi, l'autre pour ma camarade C. qui n'était pas contre un petit tour sur le tapis rouge (et qui possédait une voiture, ça aide aussi).
Le gars Ewan était marié, mais je ne le savais pas. Pas plus que je ne soupçonnais qu'aujourd'hui, il serait toujours marié à la même femme (sauf erreur de ma part, excusez, je ne lis pas la presse popole et me contente donc de l'IMDb en guise de référence). Cela dit, je n'imaginais même pas échanger deux mots avec lui, je voulais juste le voir en vrai.
Imaginez l'Oph de l'époque, 18 ans et pas beaucoup de brouettes, arpentant la Croisette juchée sur des pompes de biatch à talons surdimensionnés pour tricher sur sa taille. Certes, on ne disait pas "biatch" à l'époque. Il n'empêche que j'étais bien plus complexée par mon format de poche que je ne le suis maintenant, surtout quand je me baladais aux côtés d'une copine d'1m78 elle aussi adepte du super-talon. Pour l'occasion, je m'étais offert l'indispensable Petite Robe Noire (PRN pour les blogueuses mode), que je possède toujours mais que je ne porte plus beaucoup, parce que par rapport à mes goûts actuels, elle manque de froufrous, de laçages, de volants en dentelle et de têtes de mort.
Bref.
Notre duo de damoiselles juvéniles et vaguement kitschouilles, une grande blonde et une petite brune (autant dire que je faisais le "meuble", selon la terminologie Brice de Nice), s'est présenté bien avant les stars, conformément aux instructions. Il fallait que la plèbe soit déjà installée dans la salle quand les gens importants monteraient les marches, voyez.
Ensuite, j'en ai vu passer, du monde. L'essentiel du casting du film : Pete Postlethwaite, Greta Scacchi, Carmen Chaplin... Catherine Deneuve en mode furtif (mais même déguisée en ninja à fichu, on la reconnaît). Elsa Zylberstein arborant un dos nu à la limite de la fesse nue. Rufus joyeux et en charmante compagnie. Eddie Barclay avec sa compagne du moment, une magnifique eurasienne que j'ai revue plus tard en pleine virée entre djeun's sur le port de Saint-Tropez.
Mais d'Écossais myope, point. C'était le seul acteur important à ne pas être venu.
Résultat, je me suis farci un film pas terrible pour pas grand-chose. Avec Mick Hucknall sur le siège d'à côté, certes. Mais quand même.
Tout ça pour dire qu'Ewan McGregor, ben... c'est rien qu'un lâcheur.


(*) Qui a dit "comme d'habitude" ?

1 commentaire:

  1. Je trouve cette anecdote juste géniale ! A classer dans les "tout ça pour ça" et déceptions de midinette. M'enfin, tu as été sur la croisette en plein festival, c'est déjà top en soi !

    RépondreSupprimer