vendredi 21 juin 2013

Enfin un Maître Mô !

Depuis le temps qu'on se connaissait par internet interposé... On avait même parlé un peu au téléphone, ce qui m'avait permis de profiter rien que pour moi de sa (presque) célèbre voix de basse.
Et voilà. Hier, les astres étaient propices. Hier, j'ai vu Maître Mô et un rayon de soleil. L'histoire ne précise pas s'il y avait un lien de causalité entre la dédicace et la météo.

Ça m'a fait bizarre qu'il me tutoie. Ce n'était pourtant pas la première fois qu'il me faisait le coup, mais dans la mesure où il reste mon point d'entrée dans la Justice, et mon premier choix d'avocat pour le cas où il m'en faudrait un dans un dossier pénal, j'ai toujours l'impression qu'une certaine distance s'impose. Pas lui. Allez, gageons que je m'y habituerai (avec plaisir, même) après une ou deux rencontres de plus, surtout si elles sont plus longues et associées à un verre en terrasse.

Charismatique et gaucher, cet homme est parfait !

Pour l'occasion, je ne suis pas venue les mains vides : j'ai offert à mon presque avocat un exemplaire de L'Ouroboros d'argent que je lui ai moi aussi dédicacé. Quelle n'a pas été ma surprise, alors que je réglais un achat quelques minutes plus tard, quand la libraire (qui, rappelons-le, tient un établissement spécialisé dans le droit, juste derrière le Palais de Justice sur l'île de la Cité) m'a demandé plus d'informations sur l'ouvrage, parce qu'elle s'intéresse beaucoup au monde des littératures de l'imaginaire ! Je l'ai invitée à prendre tous les renseignements qu'il lui fallait sur le site des éditions du Chat Noir.
Elle a également reconnu mon t-shirt Freaks' Squeele, preuve, s'il en fallait une, que c'est vraiment une dame bien.

J'ai dû écourter la rencontre pour cause d'enfants à aller chercher, mais cette escapade au cœur d'un Paris déjà pris d'assaut par ses premières cohortes de touristes m'a fait un bien fou.
Merci, Maître, et à bientôt !

L'histoire derrière cette mystérieuse dédicace fait partie des douzaines de brouillons non finalisés du blog de Mô. Un jour peut-être ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire