dimanche 28 juillet 2013

Interview Lune

Histoire de causer, deuxième !
Après Shan Millan, princesse de la crêpe et auteur d'urban-fantasy atypique, c'est au tour de Lune de se mettre à l'aise dans le fauteuil de l'invité. Cette charmante blogueuse bretonne, accro à la SF et au post-apo, est (entre autres) un soutien de la première heure des éditions Ad Astra. Pour elle, l'année 2013 aura été marquée par l'énorme succès de son challenge JLNN, sur lequel nous allons revenir, mais commençons par le commencement.


Oph- Ton blog de chroniques littéraires est bien fourni et bien réputé, mais dis-moi, pourquoi est-ce que le papillon est allé dans la lune ?

Lune- J'y vois une question à double sens. Un sens terre à terre : pourquoi le nom du blog ? Eh bien, je me suis posé la question en créant le blog, comment trouver un nom à peu près original, qui me représente moi et puisse aussi parler de ce que je voulais mettre dedans ? Je me suis creusé la tête quelques jours, et puis j'ai choisi Lune car c'est un prénom que j'aurais aimé donner à une éventuelle fille, et le papillon c'est le tatouage que j'ai fait quand j'étais jeune (à l'époque !). J'ai fait un mix et ça donne Un Papillon dans la Lune, ce qui n'est pas trop mal pour un blog de SF je trouve !
Pour ce qui est du second sens, comment j'en suis venue à bloguer, je ressentais le besoin de partager mes lectures. Mon père lit de la SF, c'est d'ailleurs de là que me vient le goût pour l'imaginaire, mais j'avais besoin d'une communauté pour échanger, pour aller plus loin. Surtout qu'en tant que lectrice, je me baladais souvent sur les blogs genre Dragon Galactique, RSF Blog, ou Quoi de neuf sur ma pile pour trouver des idées, des avis... et effectivement ça m'a donné des idées, mais pas que de lecture ! En plus, quand je suis arrivée à la médiathèque où je travaille, je devais faire des "coups de cœur" sur le blog, mais j'étais assez frustrée de ne pas pouvoir dire tout ce que je voulais et de la manière dont je le souhaitais, étant évidemment (et c'est normal) obligée de rester dans les "rails". Cela m'a poussée un peu plus vers la création du Papillon dans la Lune.

Oph- On peut supposer que ton emploi en médiathèque est une chance pour ton activité de blogueuse, mais qu'en est-il, en réalité ? Quelles sont les vraies interactions entre ces deux facettes de ta vie ?

Lune- Je travaille donc en médiathèque, et je suis notamment en charge des achats SFFF, avec un budget d'un peu moins de 2 000 euros pour l'année, ce qui est une belle somme pour une ville de 12 000 habitants (d'ailleurs j'ai commencé en 2010 avec seulement 800 euros, mais j'ai réussi entretemps à valoriser un peu les littératures de l'imaginaire).

C'est une grande chance, c'est clair, pour diverses raisons :
  • Cela me permet de mettre en avant à la médiathèque des éditeurs et des auteurs qui me tiennent à cœur, avec un réseau qui s'entretient par le net. Je cite Thomas Geha, car il est intervenu à la médiathèque, c'est mon chouchou et maintenant un ami. Je soutiens également les petites maisons de l'imaginaire du mieux que je peux (Ad Astra, Critic, Ed. du Riez, ActuSF, et c'est dur de citer tout le monde !). Il est clair que bloguer crée un réseau qui me sert dans mon travail.
  • Je continue bien sûr à m'acheter des livres perso, j'adore avoir ma bibliothèque à la maison, mais je lis aussi les livres de la médiathèque. Attention je suis tout à fait professionnelle, et je n'achète pas selon mes goûts (enfin pas uniquement). Du coup, quand je lis pour le plaisir, je lis pour le boulot, et inversement ! Et mon budget respire un peu.
  • Ma fréquentation des blogs me permet aussi de trouver les bonnes idées pour la médiathèque, notamment en fantasy, qui n'est pas vraiment mon rayon !
  • Techniquement, j'ai tout bêtement accès à Electre dans mon boulot, et du coup à la maison aussi, et ça c'est pratique !

Oph- Parle-nous de cette adorable soucoupe volante qui te sert entre autres à noter tes lectures.

Lune- C'est facile : Google Images ! J'aime bien cette soucoupe, elle est marrante, elle a même fait l'objet d'une transposition en marque-page. Il existe 5 exemplaires, je pense... Je la trouve drôle et mignonne, et puis représentative, et plus sympa qu'un zombie.

L'échelle de notation utilisée sur le blog "Un Papillon dans la Lune"

Oph- Chez toi, il existe une note au-delà du coup de cœur, "Livre à sauver en cas de fin du monde". Comment en es-tu arrivée à créer cette catégorie unique en son genre ?

Lune- En lisant mes chroniques, on se rend compte que je suis assez bon public. Ce qui fait que mes notes tendent plutôt vers le haut, et que j'ai pas mal de coups de cœur chaque année. Mais dans les coups de cœur, il est des livres que je considère comme des chefs d’œuvre (toujours selon mes goûts bien sûr), ce sont eux qui héritent du 42. Je pense qu'il n'y en a pas un par an. Sur le blog il y a Le Pistolero, Le Passage et 188 contes à régler. Et hors blog, puisque lus avant sa création, j'ajoute : Le Guide Galactique, Gagner la Guerre, Le Déchronologue, World War Z, La Horde du Contrevent, Des Milliards de tapis de cheveux, Les Fables de l'Humpur et Le Monde enfin...

Oph- Il n'y a pas que des romans dans cette liste. Ça fait longtemps que tu lis des nouvelles et des novellas ?

Lune- Je lis des nouvelles et des novellas depuis l'adolescence, je dirais depuis le collège et mon entrée en lecture "adulte". C'est une période où j'ai découvert les nouvelles de Stephen King (Brume, grosse claque, et la novella Les Langoliers). On ne peut pas commencer à lire King sans passer par le format court, c'est là qu'il est le meilleur, à l'instar de Dick ou Matheson. À côté de cela, à la même époque, j'ai découvert la collection Présence du Futur, qui publiait son quota de recueils SF. C'est grâce à mon père que j'ai découvert le cultissime 188 contes à régler de Sternberg, nouvelles et micro-nouvelles glaçantes à souhait. Dans la même collection, je suivais aussi Andrevon et Brussolo. J'aime le côté saisissant de la nouvelle, la promesse d'un déclic voire d'un coup de poing.

Oph- Comment en es-tu arrivée à créer le désormais fameux challenge JLNN, "Je Lis des Nouvelles et des Novellas" ?

Lune- La première raison c'est que j'aime le format court, ça on l'a déjà dit. Et comme j'aime qu'on aime ce que j'aime (vous suivez ?), j'ai fait un article sur la nouvelle (lire l'article en question sur le blog) qui m'a donné l'idée du challenge. Parce que finalement les lecteurs sont persuadés de ne pas aimer la nouvelle ! Mais ça c'est ce qu'ils croient, et mon esprit de contradiction m'a incitée à les sauver d'eux-mêmes (et aussi de la mode des séries à 15 tomes).
En plus, c'est évident que la forme courte sied particulièrement aux littératures de l'imaginaire : ça percute !
D'où l'idée d'organiser un petit challenge entre amis, sachant que j'avais fait un sondage qui me donnait en gros une vingtaine de blogueurs ayant envie de tenter l'aventure.
Je dis bien un petit challenge, car loin de moi l'idée de l'ampleur que ça allait finalement prendre ! Je me retrouve avec pas loin de 70 participants, plus de 500 chroniques depuis le lancement, une quinzaine d'éditeurs partenaires, et une certaine somme de boulot pour répertorier et mettre tout ça en forme et à disposition de tous les lecteurs chaque semaine et chaque trimestre, sans compter les concours que j'essaie d'organiser pour dynamiser le tout. Attention je ne me plains pas, j'en suis très heureuse au contraire, l'objectif est atteint : on lit du court dans la blogo, et j'espère que grâce à ces chroniques, les nouvelles et novellas mises en avant sont aussi lues par ceux qui suivent les blogs en question !
Il y a donc deux choses certaines à propos du JLNN : c'est un challenge que je pense réussi (oui j'aurais pété l'élastique de mes chaussettes si j'en avais, mais bon je n'en ai pas) et qui ne sera absolument pas prolongé ! Je me mets en vacances de challenge (d'un point de vue organisation) pour quelque temps à partir du 11.12.13 ;-)

Oph- Et pour la suite, qu'est-ce que je ne sais pas encore mais que tu as envie de révéler ?

Lune- Quelques infos sur la suite : j'intègre le jury du Prix Planète SF à compter de l'édition de 2014 (en gros, ce que je lis maintenant en nouveauté est éligible pour l'année prochaine, donc on bosse déjà chez le jury Planète SF !) et j'en suis très heureuse. Une éventuelle publication de chronique est aussi à prévoir dans une revue "cornue". Qui vivra verra !
Merci aux fous qui ont lu l'interview en entier et à la folle qui m'a invitée ;-)

Oph- Merci à toi d'avoir joué le jeu et répondu avec un tel luxe de détails !

Maintenant que l'interview est terminée, vous savez ce qu'il vous reste à faire : filer sur Un Papillon dans la Lune, sans oublier de lire des nouvelles et des novellas.
Allez, zou !

2 commentaires:

  1. Très sympa, cette interview ! C'est cool d'en apprendre un peu plus sur les gens...

    A.C.

    RépondreSupprimer
  2. Merci de m'avoir donné la parole !

    RépondreSupprimer