lundi 16 décembre 2013

The Deep Ones au Dernier Bar, le retour des Profonds

2h30 de show autour de la littérature. Vous y croyez, vous ?
Nous non plus, à vrai dire... Disons qu'on a juste un petit peu débordé (insérez ici un smiley "ange").

Le Dernier Bar avant la Fin du Monde, ce n'est pas un bar comme les autres. L'endroit a une sorte d'aura mythique de "lieu qu'il faut avoir vu une fois dans sa vie", alors qu'il n'a ouvert que l'an dernier. La raison ? La déco, déjà, et les nombreuses animations organisées tout au long de l'année, l'établissement se voulant au centre des cultures de l'imaginaire. Il est déjà au centre de Paris, ce qui n'est pas mal, sauf pour se garer quand on vient en voiture avec tout son barda.
Et donc, hier, les Deep Ones ont pris possession de la salle principale le temps d'une nouvelle lecture-concert.


Nous étions au complet !
Christophe Thill aux instruments à cordes bizarres, Shan Millan à la harpe celtique, Nathalie Dau au chant et aux percussions, Ghislain Morel aux percussions et moi-même au chant et à la flûte, accompagnions des textes lus, pour l'essentiel, par Mélanie Fazi, Sire Cédric, Lionel Davoust et Patrick Eris. Que du beau linge.

En dépit d'une sono approximative installée tant bien que mal dans un lieu qui n'est pas adapté pour les concerts (*), les retours sont positifs et j'ai beaucoup apprécié ce moment.

Bewaaare! Gare au Serre-Tête Indicible ! (photo Taly Lefèvre)

En revanche, paie ton coup de bambou une fois le spectacle terminé ! J'ai fini mon dimanche en mode zombie, et je ne regrette pas d'avoir posé un RTT pour comater gentiment aujourd'hui, le meilleur moyen de m'en remettre.

Les Profonds vous souhaitent un joyeux Fhtagn et espèrent vous retrouver très bientôt pour une nouvelle session de lectures musicales.


(*) par le formidable Mickaël sans qui nous n'aurions rien pu faire. Bravo et merci !

1 commentaire:

  1. J'ai été surpris quand le Dernier Bar a fêté son premier anniversaire : j'en avais déjà tellement entendu parler que je pensais que ça faisait bien trois ans qu'il était ouvert.

    RépondreSupprimer