jeudi 6 février 2014

La question qui tue


Pour mettre fin à ce mythe de l'auteur "qui n'a rien écrit d'autre puisque rien ne s'est publié", voici les présentations des romans en question :

Fils du miroir
Héritier de la baronnie d'Esthuil, pas pressé de régner, le jeune Jébert officie au sein du corps des pluveurs, comme le veut la tradition. Pour lui, contenir une grève dans la ville minière de Ninuraud devrait n'être qu'une mission de maintien de l'ordre comme une autre. Sur place, il découvre toutefois une réalité bien plus complexe et surtout plus dangereuse. Face au cataclysme imminent, impossible de se cacher derrière l'autorité de la baronne : c'est à Jébert de prendre les bonnes décisions, sachant que la moindre erreur peut coûter des milliers de vies, à commencer par la sienne.

La pirate aux yeux de chat
Quand une mission scientifique est attaquée sur la planète Idocéum, seuls le lieutenant Tikosh et le docteur Bayar parviennent à fuir. Le Jourdan, un vaisseau médical commandé par le capitaine Artemisia, se détourne pour leur venir en aide. La recherche de rescapés s'organise, mais très vite, des indices troublants s'accumulent, en totale contradiction avec ce que les terriens savent des idocéens. Qui tire vraiment les ficelles et pourquoi ? Lancés dans une course pour sauver leurs semblables, Tikosh et Artemisia ne sont pas au bout de leurs surprises.

Cent quatre-vingts pucelles
Pour sauver son peuple, Adélaïde a tout sacrifié : son passé, son identité, et jusqu'au dernier de ses souvenirs. Ce que sa mémoire effilochée lui dérobe, le commissaire Vautier et son équipe vont le découvrir dans la banlieue de Rouen, où des engins de chantier ont mis au jour une bien étrange antiquité. Pris dans un jeu de pistes entre deux époques, eux non plus n'en sortiront pas indemnes.

Quant à celui qui est en cours d'écriture, à hauteur de 485000 signes pour l'instant, le voici :

La dernière fée de Bourbon
Lisha Payet fait partie des "dix-huit de l'Étang", des enfants de l'île Bourbon retirés à leurs parents, adoptés par des familles mauriciennes et élevés en dignes sujets de la reine Victoria. En ce mois de février 1873, elle épouse le capitaine Narcisse Blandron qui la ramène à Saint-Paul, la ville où elle est née.
Sur place, un groupe indépendantiste défie l'administration coloniale. Le conflit se cristallise autour des diwas, créatures magiques dont l'espèce la plus courante à Bourbon sécrète un poison foudroyant.
Pour Lisha, prise malgré elle dans l'affrontement, c'est l'heure des choix : famille adoptive ou liens du sang, obéissance ou transgression, ami d'enfance ou officier trop beau pour être honnête. Comment garder la tête haute quand tout le monde lui ment, que la violence s'accentue de jour en jour, et que, pour ne rien arranger, la vie d'une fée dépend désormais de la sienne ?

La Pirate est d'ores et déjà entre les mains des éditions Ad Astra, et la Fée intéresse potentiellement un éditeur (qui jugera quand il aura le manuscrit sous les yeux). Cependant, à l'heure qu'il est, il n'y a ni planning, ni contrat.

Bref :
  • Quand est-ce que j'écris autre chose ? C'est bien simple : je n'arrête pas.
  • Quand est-ce que je publie autre chose ? Mystère et boule de gomme.

P.S : cette liste ne compte évidemment pas les romans écrits avant L'Ouroboros d'argent et toujours en recherche d'éditeur...

1 commentaire:

  1. Hâte de pouvoir lire le pirate aux yeux de chat le résumé donne super envie même si au début pour une raison qui m'est propre j'ai cru que c'était une invasion de chat mutant.

    RépondreSupprimer