mercredi 23 avril 2014

Sur la table de travail

Or donc, après avoir lancé un nouveau roman à l'assaut du monde éditorial (et comme de juste, avoir repéré d'affreuses scories le lendemain de l'envoi du fichier), j'essaie d'avancer sur une novella fantastique.
Ana l'Étoilée reprend du service. Cette fois, elle travaille à Londres.
Extrait (attention, premier jet) :
Depuis quelques mois, plusieurs commerçants du quartier font courir la légende d’une tache de sang itinérante, qui souillerait une boutique pendant une ou deux semaines avant de disparaître comme par magie pour se manifester ailleurs. Un praticien s’est déplacé pour inspecter une des toutes premières occurrences et n’a rien remarqué d’anormal. La curiosité a donc vite atterri dans le tiroir des canulars. Après tout, c’est l’été, un tel phénomène a toutes les chances d’attirer les touristes, et je n’ai pas été la seule à y voir l’influence d’Oscar Wilde. Comme l’a fort bien résumé Gareth Mosman, le président des Philosophes Naturels : « Revenez nous voir quand la tache sera verte, ça voudra dire que le fantôme arrive à court de peinture. »
Ce personnage qui ne manque ni de gouaille ni d'humour est toujours un plaisir à mettre en scène. Écrire ses aventures me fait l'effet de manger un bonbon.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire