samedi 27 décembre 2014

2014, un bilan littéraire

La dernière semaine de l'année est traditionnellement l'occasion de faire quelques bilans.
Je peux avoir l'air anticonformiste, comme ça, mais en fait, il y a des tas de traditions que j'aime bien. Dont acte.

À quoi a ressemblé l'année 2014, du point de vue de mon moi d'écrivain ?

Côté sorties

Pas de roman paru cette année. C'est la vie.
En 2014, ce qui a été publié, c'est la nouvelle Iconicide, dans le numéro 23 du fanzine Éclats de Rêves.
En parallèle, j'ai autopublié gratuitement deux courts textes : Comme un courant d'air et Le pardon de Pella.


Côté relations avec les éditeurs

Contrairement aux apparences, ça a pas mal bougé en coulisses ! En 2014, j'ai signé deux contrats d'édition pour des romans, presque signé un troisième qui ne saurait tarder, et j'ai engagé un "projet top-secret" avec un co-auteur dont j'adore le travail. Sur ce dernier projet, l'écriture n'a pas encore commencé, mais le synopsis est aux petits oignons et je sens qu'on va s'éclater (vous, moi, lui, tout le monde).

Côté écriture

En plus des corrections sur les trois textes publiés cette année, j'ai :
  • terminé le premier jet de La dernière fée de Bourbon (de l'ordre de 300 000 signes écrits sur le premier trimestre) et effectué quelques passes de corrections.
  • effectué un petit travail de réécriture sur le roman court L'ours et la colombe.
  • écrit le premier jet du roman court Piste d'enfer dans le courant de l'été (210 000 signes).
  • corrigé et modifié le roman Fille des deux rives.
  • rédigé les 40 000 premiers signes d'un récit de fantasy, Sous les cendres rallumer les étoiles.
  • entièrement écrit le premier jet du roman La nuit des lunards (360 000 signes).
L'un dans l'autre, je crois qu'on dépasse le million de signes sans forcer. Non que je place la quantité avant la qualité, mais ça donne une petite idée du nombre d'heures que j'ai pu consacrer à l'écriture.

Les flocons de Bodmaëlle, héroïne de Fille des deux rives, et de Lisha, héroïne de La dernière fée de Bourbon, générés sur The book of everyone.

Monsieur Oniros, ma Muse, a eu la gentillesse, non seulement de me lancer Sous les cendres au moment où je voulais me concentrer sur ma préparation de NaNoWriMo (on lui pardonne), mais aussi de me souffler l'idée d'un autre roman, que j'étofferai quand j'aurai le temps pour l'écrire quand je pourrai. Non, pas le machin finlandais, un autre truc. Plutôt SF.
 
Le flocon d'Ysa, héroïne de ce futur projet.
 
Bref, j'ai plutôt bien bossé cette année, et posé des jalons pour la suite de ma carrière d'écrivain. Mais le futur, on va en reparler, pas de souci.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire