mercredi 10 février 2016

L'ours et la colombe, ça sort aujourd'hui !

C'est le jour J pour Ana l'Étoilée !

Ana Montañez au civil, Estrellada de mon nom de sorcière, je vis à Londres où j'exerce le beau métier de praticienne occulte.
Un contrat inattendu me tombe dessus alors que je voulais justement changer d'air : un dénommé Federico Ruiz, nouveau propriétaire d'une maison hantée à Madrid, fait appel à moi pour libérer le fantôme. Un client séduisant, le soleil de mon Espagne natale... Voilà la parenthèse dont j'avais besoin.
En théorie, je ne devrais pas court-circuiter ainsi les Sœurs de Diane, le cercle magique local ; encore moins sachant que ce sont elles, à l'origine, qui ont détecté mes pouvoirs. Pour un simple exorcisme, je peux me le permettre, je suppose. Qu'est-ce que je risque après tout ? Je connais mon métier. Mais les spectres madrilènes ont parfois la peau dure. Je crois que j'avais oublié à quel point.


L'ours et la colombe est le premier tome d'une série qui doit en comporter quatre.
Le roman est disponible dès aujourd'hui par correspondance aux éditions du Chat Noir, sur les principales librairies en ligne, chez quelques libraires partenaires, et les autres libraires peuvent vous le commander sans souci.

La fiche roman arrive très vite ; je pense créer une fiche unique pour l'ensemble de la série Ana l'Étoilée.

2 commentaires:

  1. Je l'ai reçu (avec mon marque-page Ophidé), je l'ai lu.
    Oui, je l'ai lu vite, car c'est pas très long et écrits gros.

    Du coup, même si j'ai globalement appréciée, j'ai trouvé ça fort bref et un poil précipité.
    On sent un monde intéressant, avec plein de background potentiel, mais je suis resté sur ma faim.
    J'imagine que c'est normal, qu'il s'agit d'un tome "introductif" à la série (j'attends déjà l'intégrale en un volume sur papier vélin ^^), mais j'ai trouvé la fin un poil précipité... Et (je crois que ça commence à devenir une habitude avec tes héroïnes) un peu trop... non-héroïque. On a l'impression que les Soeur de Diane (tiens, ça m'a fait pensé à une autre magicienne, ça) aurait pû gérer ça très bien toutes seules. Ok, c'est bien pour donner une bonne claque à l'ego de l'héroïne (et sa petite tendances à passer outres les règlements occultes et les portes de domicile privé, ainsi que sa première intervention un peu Leeeeroy Jenkins virant au trauma) et même si elle intervient efficacement dans l'exorcisme final, on a un peu l'impression que tout se dénoue sans trop d'intervention de sa part.

    J'ai bien aimé le client macho mais pas trop auquel Ana prête parfois à tord des préjugées sexistes, ce qui évite de tomber (trop) dans le cliché du séducteur latino (efficace ou ridicule, on a vu les deux version et Frederico arrive à naviguer entre les deux).
    Par contre, le basculement au tutoiement entre eux est un poil trop rapide (pour Ana, qui a son caractère et son égo), même pour des madrilènes (c'est quand même un client, un poil lourd et n'incitant pas à la sympathie au début).

    Sinon, pour l'étoilée... C'est marrant quand même que peu de personnes face de remarques sur ce signe très distinctif (surtout sur une sorcière).

    Mais bref, c'était quand même une mise en bouche sympathique, j'attends la suite, qui me semble indispensable pour juger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le concept même de la série, c'est que c'est court et que ça va vite. Donc si ça va trop vite sur ce premier tome, ça va continuer à aller trop vite par la suite.

      Supprimer