lundi 28 mai 2018

Les Imaginales, profondeur et chaleur

Or donc, cette année et pour la troisième fois si l'on excepte une demi-journée de visite en touriste en 2009 (avec Poussinette en poussette), je me suis rendue aux Imaginales.
Pourquoi ? Parce qu'il y avait concert des Deep Ones et que je ne pouvais décemment pas rater ça.
Je suis donc arrivée à Épinal dans l'après-midi du vendredi, pour repartir le dimanche par le TGV de 17h21 massivement chargé d'auteurs.
Entre les deux, douceur de vivre en bord de Moselle.


Le célébrissime festival spinalien, selon la légende, ne connaît que deux types de météo : la canicule ou les grands froids. Ce coup-ci, c'était canicule, avec une Bulle du Livre transformée en étuve à la limite du supportable. D'ailleurs, une visiteuse a fait un malaise sous mes yeux et s'est fait escorter dehors pour respirer un peu.

Qu'à cela ne tienne, l'équipe de The Deep Ones était chaude comme la braise (surtout "Jean-Chaude" Dunyach) pour présenter une nouvelle session de lectures musicales à la Souris Verte, la salle de concerts d'Épinal. Pour moi, c'était tendu puisque j'avais eu une bonne grosse cochonnerie ORL en début de mois et qu'il me restait des séquelles vocales.
Mais on a assuré comme des bêtes.
Bruno Pochesci, nouveau venu avec sa basse, s'est remarquablement calé sur les autres musiciens, et Sylvie Miller, nouvelle lectrice, nous a tous captivés avec son voyage chamanique.
Et surtout, le public, mes enfants... LE PUBLIC !
Salle archi-comble (toutes les places assises occupées, plein de monde debout autour), émotion, enthousiasme, standing ovation à la fin, on ne pouvait rêver meilleur accueil.
Nous avons donc très logiquement fini en mode "Scream for us, Épinal" avec notre photo de rock stars !

De gauche à droite devant la foule en délire : Jean-Claude "Jean-Chaude" Dunyach, Sylvie Miller, Lionel Davoust, Stefan Platteau, Christophe Thill, ma pomme, Ghislain "Mortel" Morel, Nathalie Dau, Patrick Eris, Bruno Pochesci.

La partie plus "littéraire" m'a laissé un sentiment mitigé : peu de dédicaces, impression de passage à vide, d'autant qu'approche l'horizon au-delà duquel je me retrouve, pour la première fois depuis des années, sans aucun contrat d'édition en cours. Est-ce l'occasion d'arrêter les frais ? Je me suis posé la question à plusieurs reprises dans le courant du week-end.
Et pourtant l'envie est là. L'envie d'écrire. Mais d'écrire pour qui ? me demande-t-on.
Laissez-moi y réfléchir.

En attendant, je suis de retour chez moi, je ne sais pas si je dois d'abord finir une nouvelle (titre de travail : L'homme dans la fontaine), re-remanier le début d'Ysa Zéro dont une personne par ailleurs bien intentionnée m'a dit qu'il était niveau poubelle, ou avancer dans la planification de Rouge Canon.
Mais ce qui est sûr, c'est qu'on se voit samedi prochain au Nuage Vert, à Paris. J'aiguise les stylos !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire