vendredi 11 novembre 2011

Truc à la con du vendredi : des gigahertz et du polonium

Le polonium, c'est l'équivalent italo-porno du franponais. Le vrai, l'authentique polonium, on le retrouve dans des bandes que je n'ose qualifier de dessinées, publiées chez Edilau il y a une quarantaine d'années et sur lesquelles des internautes motivés se dévissent encore les nerfs optiques et les neurones.
Bref. Prenez un mec pas francophone, faites-lui écrire un texte en français avec les moyens du bord, et riez.

On obtient un très joli polonium de synthèse en soumettant un texte à des traductions automatiques successives. Il y a deux ans, j'avais déjà passé un paragraphe de Diane à la moulinette de ce procédé.

Ici, c'est l'introduction d'Et pour quelques gigahertz de plus qui en fait les frais.
Parcours du texte : français => anglais => italien => espagnol => français.

Étapes dans le couloir. Il serait de onze ans. Un regard sur l'horloge a confirmé l'hypothèse. Dans deux semaines d'hospitalisation, Shania Artemisia avait absorbé toute la routine du service: des changements dans le médecin, les heures de bureau, des repas.
Ces jalons ennuyeuse au moins eu le mérite d'exister. Dans l'intervalle, la fille, qui n'avait pas récupéré de son opération à lire, a passé la plupart de son temps à regarder le plafond, même un simple rectangle bleu à l'exception d'une fissure au-dessus du lit. Dans ses rêves, la fissure a grandi, est devenu une faille à travers laquelle coulait un grand nombre de créatures étranges qui ont finalement brisé la monotonie de ses journées. Le travail lui a permis d'imagination pour oublier un peu la douleur qui tourmentaient son cou, malgré des doses massives d'analgésiques administrés à lui.

2 commentaires:

  1. ça me fait penser à Dr Who la fissure/faille et le plafond bleu.

    J'ai essayer de refaire les traduction à l'envers et c'est pas beaucoup mieux.

    RépondreSupprimer
  2. Pas faux.
    Sauf que la création de cette scène date de 2006, soit bien avant l'arc des "failles" diffusé en 2010, et aussi bien avant que je ne découvre Doctor Who (tardivement, vers 2009). :-)

    RépondreSupprimer